Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « Mon cœur »

Mon cœur

+ d'infos sur le texte de Pauline Bureau
mise en scène Pauline Bureau

:Présentation

Eté 2014, je vois Irène Frachon à la télévision.
Son courage et sa détermination me touchent.
Une héroïne d’aujourd’hui comme j’ai besoin d’en voir sur les plateaux de théâtre.
Je la rencontre.
Elle me parle de son combat. Des malades pour qui elle se bat avec acharnement. Elle est émue. Toutes les cinq minutes, elle reçoit des messages de patients qui lui donnent des nouvelles, racontent leurs examens, leurs expertises. Elle est là pour eux. Plusieurs fois, en parlant, elle a les larmes aux yeux.
Elle me donne les coordonnées de victimes du Médiator.
Je vais à leur rencontre, chez eux.
Paris, Lille, Marseille, Carcassonne, Dinard…
A mon tour, je suis profondément remuée quand ils me racontent.
Certaines femmes sont jeunes. L’une d’entre elles avait mon âge, 37 ans, quand elle a été opérée à cœur ouvert.
Je rencontre un des avocats qui les défend. Je m’intéresse au droit des victimes dans notre pays. Ca me passionne.
J’écris. Beaucoup. Beaucoup trop.
Je dois choisir ce que j’ai envie de raconter.
Irène m’a amené aux victimes et c’est d’elles que je veux parler.
J’écris l’histoire d’une femme qui contient un peu de chacune des personnes que j’ai rencontrées. Je l’appelle Claire Tabard. Elle est hantée depuis l’enfance par les problèmes de poids. Un médecin lui prescrit du Médiator après une grossesse et elle s’effondre 7 ans plus tard devant son fils. Elle subit une opération à cœur ouvert, on remplace ses valves abimées par des valves mécaniques. Ca lui laisse des séquelles et un traitement à vie. Son cœur est changé à jamais, son rapport aux autres aussi. Des années plus tard, elle comprend en entendant Irène Frachon à la radio, que c’est ces pilules avalées pour maigrir qui ont failli la tuer.
Commence alors un long chemin. Elle était malade, elle devient victime d’un empoisonnement. Le statut de victime, ça lui donne des droits, celui de se battre, celui d’attaquer. Et c’est ce qu’elle va faire, accompagnée par Hugo, un avocat spécialisé en droit des victimes et par Irène, qu’elle appelle « sa guerrière ». Dans ce chemin, elle se réappropriera son corps, mal aimé puis saccagé, et son estime d’elle même, abimée par une société qui impose des normes physiques drastiques tout en dévalorisant sans cesse notre désir d’y parvenir.

Pauline Bureau

06 février 2017

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je suis abonné(e) Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.