theatre-contemporain.net

Accueil de « Mélancolie(s) »

Mélancolie(s)

Julie Deliquet (Mise en scène)

On en parle dans la presse et sur le web

Attractions Visuelles

Image de la critique de Attractions Visuelles

mercredi 10 janvier 2018

Tressages et croisements

Par Karminhaka

Plus que jamais, en l'année 2017, Tchekov aura connu les honneurs de la scène théâtrale française. Avec "Mélancolie(s)", par Julie Deliquet et le collectif In Vitro, c'est à une sorte d'apothéose à laquelle on assiste, car ce spectacle est composé de ni plus ni moins que de l'adaptation de deux pièces du grand écrivain : "Les trois sœurs" et "Ivanov". Le résultat, véritable fusion de deux œuvres pourtant distante l'une de l'autre de plus de dix...

Lire l'article sur Attractions Visuelles

La Parafe

Image de la critique de La Parafe

lundi 18 décembre 2017

"Mélancolie(s)", la vie à tout prix

Par F

Après un Triptyque – Des années 70 à nos jours…, rassemblant des œuvres de Brecht, Lagarce et une création collective, Julie Deliquet poursuit avec Mélancolie(s) sa réflexion sur le malaise des jeunes adultes de sa génération, écrasés sous le poids des idéaux obsolètes de mai 1968 et éperdus dans la recherche d’un souffle nouveau....

Lire l'article sur La Parafe

WebThéâtre

Image de la critique de WebThéâtre

lundi 11 décembre 2017

Ivanov, Les Trois Soeurs et nous

Par Corinne Denailles

Mélancolie est bien le maître mot du théâtre de Tchekhov et Julie Deliquet, qui avait proposé à la Comédie-Française une lecture originale d’Oncle Vania, ne s’y est pas trompée. Cette fois, elle propose un travail plus audacieux qui, toujours à partir d’improvisations des comédiens, fusionnent deux pièces du dramaturge, Ivanov et l’avant-dernière écrite,...

Lire l'article sur WebThéâtre

Le Monde.fr

Image de la critique de Le Monde.fr

vendredi 08 décembre 2017

La mélancolie de Tchekhov, au pluriel

Par Fabienne Darge

Avec Mélancolie(s), c’est même un double Tchekhov qui est servi au Théâtre de la Bastille, à Paris (dans le cadre du Festival d’automne), avant de partir pour une longue tournée. La jeune metteuse en scène Julie Deliquet, qui, à l’automne 2016, avait signé un très beau Vania à la Comédie-Française, a travaillé cette fois-ci avec son collec...

Lire l'article sur Le Monde.fr

Club de Mediapart

Image de la critique de Club de Mediapart

lundi 04 décembre 2017

Le collectif In Vitro entre en collision avec Anton Tchekhov

Par Jean-Pierre Thibaudat

Un choc frontal. Il y a des blessés, des égarés, des disparus, des morts. Personne n’en sort indemne. Dans « Mélancolie(s) », le collectif In Vitro signe une adaptation de deux pièces de Tchekhov, « Ivanov » et « Les Trois Sœurs », mise en scène par Julie Deliquet. Sous nos yeux, les deux pièces entrent en collision....

Lire l'article sur Club de Mediapart

froggydelight.com

Image de la critique de froggydelight.com

dimanche 03 décembre 2017

"l’héritage générationnel"

Par MM

Depuis sa création en 2009 par la comédienne et metteuse en scène Julie Deliquet, le travail du Collectif In Vitro s'organise autour de la thématique de ce qu'il nomme "l’héritage générationnel"....

Lire l'article sur froggydelight.com

lesechos.fr

Image de la critique de lesechos.fr

vendredi 01 décembre 2017

Julie Deliquet, la mélancolie de Tchekhov

Par Philippe Chevilley

Elle est sans doute la meilleure ambassadrice du « théâtre de plateau » - étiquette un peu fourre-tout qu'on accole à toutes......

Lire l'article sur lesechos.fr

Libération.fr

Image de la critique de Libération.fr

dimanche 12 novembre 2017

Tchekhov, check-up complet

Par Anne Diatkine

Si les pièces de l’auteur russe reviennent régulièrement sur les planches, elles sont désormais disséquées, triturées puis recousues, afin de saisir l’air du temps. Une liberté d’adaptation que l’auteur n’aurait pas reniée. Panorama d’un automne chargé en spleen....

Lire l'article sur Libération.fr

Club de Mediapart

Image de la critique de Club de Mediapart

lundi 23 octobre 2017

Mélancolie(s), l’esprit de Tchekhov renouvelé ingénieusement par Julie Deliquet

Par Olivier Frégaville-Gratian d'Amore

Après nous avoir conviés à la table d’un oncle Vania tout en mélancolie et intensité, Julie Deliquet nous plonge au cœur du mal de vivre qui consume les âmes slaves d’Ivanov et des Trois Sœurs. Mêlant adroitement deux œuvres de Tchekhov et écriture de plateau, la jeune metteuse en scène signe un spectacle ultra-contemporain et habité qui bouleverse et enivre. Vertigineux !...

Lire l'article sur Club de Mediapart