Accueil de « Matin et soir »

Matin et soir

mise en scène Antoine Caubet

On en parle dans la presse et sur le web

Crayonné au théâtre

Image de la critique de Crayonné au théâtre

mardi 12 février 2019

De minuscules perturbations de l'espace et du temps.

Par Christian Drapron

De minuscules perturbations de l'espace et du temps. Matin et Soir, mise en scène d'Antoine Caubet....

Lire l'article sur Crayonné au théâtre

Sceneweb

Image de la critique de Sceneweb

vendredi 08 février 2019

Matin et Soir : Jon Fosse, d’un néant à l’autre

Par Vincent Bouquet

Dans une ambiance très « régyesque », Antoine Caubet adapte, avec sensibilité, le roman existentiel de l’auteur norvégien. Une performance à réserver aux aficionados du genre....

Lire l'article sur Sceneweb

M La Scène

Image de la critique de M La Scène

vendredi 08 février 2019

Dans la lumière crépusculaire de la mort

Par Marie-Laure Barbaud

Faire entendre la musique envoûtante d'un entre-deux où la vie et la mort ne semblent plus savoir se reconnaître.  ...

Lire l'article sur M La Scène

Club de Mediapart - Les dits du théâtre

Image de la critique de Club de Mediapart - Les dits du théâtre

jeudi 07 février 2019

« Matin et soir » de Jon Fosse, l’entre-deux du néant au néant

Par Dashiell Donello

Matin et soir de Jon Fosse, c’est un cri dans le matin. Le bruit de l’eau chaude qui coule sur la chair de la chair. Il s’appelle Johannes, il vient de naître : « l’ambition littéraire de ce premier mouvement est claire : « écrire la mise au monde », nous dit Antoine Caubet qui signe la mise en scène, et l’adaptation théâtrale, du beau roman existentiel de Jon fosse....

Lire l'article sur Club de Mediapart - Les dits du théâtre

critiquetheatreclau.com

Image de la critique de critiquetheatreclau.com

mercredi 06 février 2019

"Matin et soir" - Hymne à la vie.

Par arrazatclau

Dès le premier instant une émotion violente et profonde m’a envahie. C’est l’accouchement de Martha épouse de Olai pêcheur dans un petit village Norvégien. Le plateau plongé dans la pénombre s’inonde de lumière au premier cri de Johannes. Hymne à la vie. Puis nous sombrons dans la pénombre… Johannes est devenu vieux, il se lève comme tous les matins mais aujourd’hui tout lui semble léger et irréel....

Lire l'article sur critiquetheatreclau.com