Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « Maîtres anciens - comédie »

Maîtres anciens - comédie

mise en scène Gerold Schumann

On en parle dans la presse et sur le web

Chantiers de culture

Image de la critique de Chantiers de culture

jeudi 20 janvier 2022

Un roman sulfureux

Par Yonnel Liégeois

Un roman sulfureux de Thomas Bernhard paru en 1985, subtilement mis en scène par Gerold Schumann et superbement interprété par le grand François Clavier, au sens propre comme au figuré…...

Lire l'article sur Chantiers de culture

Un Fauteuil Pour l'Orchestre

Image de la critique de Un Fauteuil Pour l'Orchestre

lundi 17 janvier 2022

François Clavier avec sa délicatesse de jeu

Par Emmanuelle Saulnier-Cassia

François Clavier avec sa délicatesse de jeu habituelle entraîne les spectateurs dans les différents états de Reger : l’exaltation (dans la féroce critique littéraire et musicologique), la colère (la corruption de l’État, « le pédantisme des enseignants »), le dégoût (pour la « perversité prolétarienne » ; la « charité »), la mélancolie enfin qui fait briller ses yeux à l’évocation de la perte du « seul être à qui, au fond nous devons tout »....

Lire l'article sur Un Fauteuil Pour l'Orchestre

L'Oeil d'Olivier

Image de la critique de L'Oeil d'Olivier

samedi 15 janvier 2022

Maîtres anciens, la lumineuse réflexion sur l’art de Thomas Bernhard

Par Marie-Céline Nivière

"Gerold Schumann propose une fabuleuse adaptation. C’est bouleversant. François Clavier joue sur toutes les notes des sentiments et de la réflexion. Quel comédien ! "...

Lire l'article sur L'Oeil d'Olivier

La Grande Parade

Image de la critique de La Grande Parade

jeudi 13 janvier 2022

Maîtres anciens : la satire d’une société sclérosée

Par Christian Kazandjian

François Clavier, assis sur une banquette, s’adressant au monde donc aux spectateurs, donne à entendre, avec finesse, avec une remarquable économie de gestes et expressions, le texte de Thomas Bernhard dans toute sa complexité riche d’ironie, de colère, de drôlerie, de tendresse....

Lire l'article sur La Grande Parade

Blog de Phaco

Image de la critique de Blog de Phaco

lundi 10 janvier 2022

L'alter ego du romancier...

Par Thierry de Fages

Gerold Schumann signe une tonique et émouvante adaptation. François Clavier, subtilement, explore pour nous ce personnage imprévisible et tourmenté dans lequel l'on devine aisément l'alter ego du romancier....

Lire l'article sur Blog de Phaco

Spectatif

Image de la critique de Spectatif

samedi 08 janvier 2022

Une prodigieuse interprétation de François Clavier

Par Fréderic Perez

Le spectacle est porté par la prodigieuse interprétation de François Clavier. Une pure leçon de théâtre, un texte profond et violent, drôle et captivant....

Lire l'article sur Spectatif

Foud'Art

Image de la critique de Foud'Art

vendredi 07 janvier 2022

Une sobriété implacable

Par Frédérique Bonfils

Maîtres anciens est un spectacle étonnant et détonnant où l’on rit beaucoup, où l’on est décontenancé, choqué, surpris et, au bout du compte, profondément ému....

Lire l'article sur Foud'Art

Arts-chipels.fr

Image de la critique de Arts-chipels.fr

vendredi 07 janvier 2022

Les règlements de compte de Thomas Bernhard avec la société autrichienne

Par Sarah Franck

Thomas Bernhard se livre à une attaque en règle de l’art et des artistes dans leur rapport avec le pouvoir. Sa virulente critique du monde où nous vivons, reflète la souffrance et le désarroi de notre société contemporaine dont nous voyons les repères s’effondrer sans que rien ne les remplace…...

Lire l'article sur Arts-chipels.fr

Cultures SNES-FSU

Image de la critique de Cultures SNES-FSU

vendredi 07 janvier 2022

Décapage à la Thomas Bernhard

Par Jean-Pierre Haddad

Dérision totale, entreprise de sape généralisée. Une purge mentale ainsi qu’un grand moment de drôlerie, la prestation de François Clavier est remarquable....

Lire l'article sur Cultures SNES-FSU

Théâtre du blog

Image de la critique de Théâtre du blog

vendredi 07 janvier 2022

François Clavier joue avec une profonde humanité.

Par Mireille Davidovici

Le public jubile aux saillies de Reger contre « un gouvernement hypocrite et menteur et grossier, un gouvernement le plus bête qu’on puisse imaginer. » Un texte qu’on découvre avec plaisir....

Lire l'article sur Théâtre du blog

Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)