Accueil de « Maître Puntila et son valet Matti »

Maître Puntila et son valet Matti

+ d'infos sur le texte de Bertolt Brecht
mise en scène Guy-Pierre Couleau

:Notes dramaturgiques

Après Les Justes de Camus (1949) et Les Mains sales de Sartre (1948), Guy-Pierre Couleau, en montant Maître Puntila et son valet Matti de Brecht, continue d’explorer les nouvelles dramaturgies qui naissent au milieu du XXème siècle et dont le questionnement politique est central.

Ecrite en 1940 et mise en scène pour la première fois en 1948, cette pièce dépeint le caractère ambigu et imprévisible d’un propriétaire foncier, Maître Puntila, dont l’alcoolisme transforme singulièrement la personnalité. Ivre, il devient prodigue, affable, proche des travailleurs. Sobre, il est méprisant, colérique, calculateur. Le témoin privilégié des métamorphoses de Maître Puntila n’est autre que son valet Matti, dont l’intelligence et l’esprit de liberté donnent à son langage une grande saveur comique et ironique. Mais, aussi futé qu’il soit, le valet finit par se lasser des changements d’humeur violents de son maître et décide de s’émanciper : « Il est temps que tes valets te tournent le dos. Un bon maître, ils en auront un, dès que chacun sera le sien. »

La grande force dramaturgique de Brecht, et cette pièce en est l’exemple le plus parfait, est de ne jamais oublier qu’un théâtre véritablement politique doit être divertissant et populaire. Sartre, grand admirateur du dramaturge allemand, en a d’ailleurs très vite pris conscience : « Brecht a été le seul à poser les problèmes du théâtre dans leurs termes vrais, le seul qui ait compris que tout théâtre politique ne pouvait être qu’un théâtre populaire, le seul à avoir réfléchi à une technique de théâtre populaire. »
Chez Brecht, l’esprit critique du spectateur ne peut s’éveiller qu’en étant associé au plaisir. Le théâtre doit être un amusement, comme en témoignent les premières pages étonnantes et souvent oubliées du Petit Organon pour le théâtre : « Depuis toujours, l’affaire du théâtre, comme d’ailleurs de tous les autres arts, est de divertir les gens. Cette affaire lui confère toujours sa dignité particulière ; il n’a besoin d’aucune autre justification que l’amusement, mais de celui-ci absolument. »

Maître Puntila et son valet Matti ne déroge pas à cette vision joyeuse et vivante de l’art dramatique. Cette pièce constitue une grande comédie sur les rapports de domination et d’aliénation régnant dans le monde du travail. Certaines répliques sont, sur ce thème, irrésistibles de drôlerie et d’intelligence, tel ce raisonnement insolite du valet Matti :
« Si par exemple les vaches pouvaient discuter entre elles, l’abattoir n’en aurait plus pour longtemps. » Dans cette pièce, le rire fait politiquement mouche. L’une des grandes originalités de cette fable théâtrale consiste à reprendre le couple classique maître-valet afin d’y intégrer la question moderne du travail et de ses différentes formes d’aliénation. Très subtilement, Brecht nous invite à mesurer notre degré de soumission face aux contraintes économiques : à partir de quand vendre notre force de travail nous fait-il perdre notre liberté ?
En nous racontant la petite histoire concrète d’un maître et de son valet, Brecht nous fait ainsi entrer dans la grande Histoire, celle du monde d’aujourd’hui, défini par des rapports économiques et sociaux bien précis. Aussi n’est-il pas étonnant que cette fable, si comique et si politique à la fois, fasse écho à notre actualité. Les suicides en entreprises, le harcèlement au travail, la précarité, posent finalement la même question que celle adressée par Brecht à travers Maître Puntila et son valet Matti : jusqu’où les rapports économiques justifient-ils des relations de domination et de soumission entre les hommes ?

Pièce de révolte, pièce sur l’émancipation, cette comédie brechtienne nous convoque joyeusement à prendre en mains notre liberté et, comme toujours chez ce grand auteur, à participer activement à la transformation et au progrès de notre société. Maître Puntila et son valet Matti est donc l’antidote parfait au désespoir ambiant et au sentiment d’impuissance face aux dérives de notre monde. Brecht est plus que jamais l’auteur à faire découvrir ou redécouvrir au public de théâtre. Un grand historien contemporain, amateur de théâtre éclairé, Gérard Noiriel, va jusqu’à dire qu’il est de salut public de monter Brecht aujourd’hui : « Si un retour à Brecht s'impose, c'est d'abord parce que nous avons besoin de rétablir des liens entre l'art, la science et l'action civique. »
Comment dès lors ne pas souscrire à un tel retour ? Puisse finalement ce prochain Maître Puntila et son valet Matti susciter chez un large public cette pensée rieuse qui est le plus bel encouragement à l’action et à l’engagement de chacun !

Guillaume Clayssen (dramaturge)

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je me connecte Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.