Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « Madame de Sade »

Madame de Sade

mise en scène Jacques Vincey

:Notes de mise en scène

« La pièce pourrait être intitulée : ‘ Sade vu à travers le regard des femmes ’ »
Yukio MISHIMA

« Madame de Sade » est une pièce de femmes.
Six femmes réunies par trois fois en dix-huit ans pour évoquer l’absent, le monstre, le maître : Donatien Alphonse François, marquis de Sade.
Le « divin marquis » apparaît en filigrane des affrontements passionnés de ces femmes captives de leurs fantasmes et de leurs éthiques contradictoires.
Il est le spectre effrayant et fascinant qui rôde et les obsède.

Mme de Sade se dévoue corps et âme à son mari emprisonné mais lorsqu’il sera enfin libéré, au lendemain de la Révolution Française, elle décidera brutalement de ne plus le revoir et de demander le divorce.
C’est sur cette énigme que repose la pièce.
Autour d’elle, Mme de Montreuil, sa mère, usera de tous les moyens à sa disposition pour maintenir en prison cet homme que ses valeurs et sa morale réprouvent.
Anne, sa petite sœur, sera la maîtresse de Sade, et sa délatrice.
Mme de Saint-Fond, la courtisane, épuisera ses forces et sa raison dans la débauche.
Mme de Simiane, l’amie d’enfance, préfèrera se réfugier dans la religion.
Charlotte enfin, assistera aux affrontements de « ces dames » avec le recul conféré par son statut de domestique.

La pièce se déroule entre 1772 et 1790.
L’Histoire est en marche. Des hommes et des femmes se battent contre les valeurs morales, sociales et politiques d’un monde qui s’écroule.
A l’intérieur du salon de Mme de Montreuil des femmes se débattent avec l’ombre d’un homme qui repousse toujours plus loin les bornes de la liberté individuelle et franchit allègrement les frontières de ce qui est humainement concevable.
Face aux abîmes qui s’ouvrent devant elles, chacune se défend comme elle peut en fonction de sa situation, de ses moyens et de ce qu’elle croit être « la » vérité.
C’est dans sa chair meurtrie et son âme bafouée que Mme de Sade trouve la force d’une dévotion déraisonnable: si mon mari est un monstre de vice, il faudra que je devienne pour lui un monstre de fidélité.
C’est sur la fragilité de ces femmes que se bâtit leurs convictions inaltérables.
Confrontés à leurs limites, les personnages accèdent au statut de figures.

J’ai usé de chocs de concepts pour donner forme au drame et j’ai fait parader les sentiments en habits de raison. Mishima parle de la précision mathématique avec laquelle il fait évoluer les caractères autour de Mme de Sade. Cette précision exalte la violence des enjeux et des situations. Ces femmes incarnent des idées qui s’affrontent : elles sont prosaïques et sublimes, triviales et lyriques. Loin de s’annuler, ces registres de jeu s’additionnent et donnent une profondeur aux personnages.

Dans sa forme, la pièce est à la croisée du théâtre japonais traditionnel et du théâtre français du XVIIIe.
Les protagonistes du drame semblent animés par des forces qui les dépassent, comme des marionnettes, des figurines de porcelaine qui évolueraient sur un échiquier à la manière de l’évolution et de la révolution des planètes. Néanmoins leur rapport à la parole et la perversité de leurs relations n’est pas sans rappeler le théâtre de Marivaux ou Les Liaisons dangereuses de Laclos : ces femmes parlent pour exister, pour combler le vide qui les menace.

Sade « vu à travers le regard de Mishima » échappe à toute appréhension univoque ou anecdotique de ce personnage qui hante notre imaginaire collectif.
Sade vu à travers le regard des femmes nous confronte à notre propre vertige et à la liberté insolente de cet homme qui affirmait : « Ce n’est pas ma façon de penser qui a fait mon malheur, c’est celle des autres ».

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je suis abonné(e) Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.