theatre-contemporain.net

Accueil de « Lotissement »

Lotissement

mise en scène Tommy Milliot

On en parle dans la presse et sur le web

Sceneweb

Image de la critique de Sceneweb

vendredi 08 décembre 2017

Lotissement, huis clos toxique

Par Vincent Bouquet

Lauréat du prix Impatience 2016, le spectacle mis en scène par Tommy Milliot revient au Centquatre. Derrière le texte en dents de scie de Frédéric Vossier, se cache un metteur en scène à suivre....

Lire l'article sur Sceneweb

L'alchimie du verbe

Image de la critique de L'alchimie du verbe

mardi 26 juillet 2016

La candeur du voyeurisme

Par Raphaël Baptiste

Tommy Milliot signe avec la Compagnie Man Haast, une pièce éclectique bordée par des propositions dramaturgiques intéressantes et des acteurs qui maîtrisent parfaitement la non-maîtrise de la vie de leurs personnages. Lotissement demeure ainsi un très beau travail qui utilise parfaitement les dispositifs de lumières et de sons rasants, effaçant le corps pour laisser place à ce qu'on appelle parfois l'imaginaire......

Lire l'article sur L'alchimie du verbe

Télérama

Image de la critique de Télérama

dimanche 12 juin 2016

Le Prix Impatience 2016

Par Emmanuelle Bouchez

A l'occasion d'Impatience, le festival du théâtre émergent, la Compagnie Man Haast a reçu le prix 2016 pour un huis-clos clinique...

Lire l'article sur Télérama

Sceneweb

Image de la critique de Sceneweb

dimanche 12 juin 2016

Ces trois-là se côtoient en s’observant.

Par Stéphane Capron

Trois personnages qui sous la plume de Frédéric Vossier, cohabitent dans un lotissement entre la forêt et la plage (cf Lotissement, Quartett éditions, 2011). Lui, c’est un CRS à la retraite. Elle, sa jeune compagne qui débarque un matin pour s’installer chez lui. Et l’Autre, le fils énigmatique et voyeur du premier. Dans l’espace...

Lire l'article sur Sceneweb

Les Trois Coups

Image de la critique de Les Trois Coups

dimanche 05 juin 2016

La brûlure d’aveux impossibles

Par Léna Martinelli

Présenté dans le cadre du festival Impatience, « Lotissement » est une chronique familiale peu banale. Une dérangeante confrontation entre réalisme et nouvelles technologies où le voyeurisme est roi....

Lire l'article sur Les Trois Coups

Les Inrocks

Image de la critique de Les Inrocks

mercredi 01 juin 2016

Huis clos sous surveillance

Par Fabienne Arvers

Sélectionné au festival Impatience avec Lotissement, Tommy Milliot mêle au minimalisme de sa mise en scène un jeu tout en nuances où miroite le clair-obscur des sentiments.... Le pitch de la pièce de Frédéric Vossier est simple. Un homme accueille une femme dans sa maison, sous le regard de son fils qui les surveille à distance et les filme. Quant à savoir si l’image vue est le reflet de la…

Lire l'article sur Les Inrocks

un fauteuil pour l'orchestre

Image de la critique de un fauteuil pour l'orchestre

jeudi 18 février 2016

"Le lotissement, c’est la sensation d’un espace blanc"

Par Dominika Waszkiewicz

Tommy Milliot et sa toute jeune compagnie Man Haast s’emparent du texte de Frédéric Vossier avec vigueur et cohérence....

Lire l'article sur un fauteuil pour l'orchestre

Un Fauteuil Pour l'Orchestre

Image de la critique de Un Fauteuil Pour l'Orchestre

jeudi 18 février 2016

« J’ai souhaité créer des silhouettes hiératiques d’où naissent les mots… »

Par Dominika Waszkiwi

... Tommy Milliot et sa toute jeune compagnie Man Haast s’emparent du texte de Frédéric Vossier avec vigueur et cohérence. Entre les trois solitudes en friction, la tension s’installe et s’aiguise des non-dits et des incompréhensions....

Lire l'article sur Un Fauteuil Pour l'Orchestre

Toutelaculture

Image de la critique de Toutelaculture

jeudi 21 janvier 2016

Dans un lotissement anonyme

Par Audrey Chaix

Dans un lotissement anonyme, en bordure de plage et de forêt, un homme, André, installe chez lui sa maîtresse, Patricia, une femme plus jeune que lui. Leur relation se développe sous le regard voyeur et dérangeant du fils d’André, qui s’entoure d’écrans pour s’isoler et filmer en cachette les scènes entre son père et la jeune femme. Dans l’obscurité de la salle, une voix féminine lit les didascalies, comme pour mieux incarner la distance que crée...

Lire l'article sur Toutelaculture