Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « Liebestod »

Liebestod

mise en scène Angélica Liddell

On en parle dans la presse et sur le web

Le Bruit du off tribune

Image de la critique de Le Bruit du off tribune

mercredi 14 juillet 2021

La maestra Angélica Liddell torée comme une reine

Par Marc Roudier

Plantée au milieu de son arène ocre, couleur de sable et d’or, voici la maestra Angélica Liddell qui s’apprête à toréer son public sans pitié....

Lire l'article sur Le Bruit du off tribune

Libération

Image de la critique de Libération

lundi 12 juillet 2021

Entretien avec Angélica Liddell : «Je suis un médium»

Par Anne Diatkine

Rencontre exclusive et chaleureuse avec la très intense et intègre créatrice de «Liebestod», qui transcende sur scène son désir de mort et sacrifie les convenances à l’autel de son art....

Lire l'article sur Libération

Le Monde.fr

Image de la critique de Le Monde.fr

lundi 12 juillet 2021

Au Festival d’Avignon, Angélica Liddell rate sa cible avec « Liebestod… »

Par Fabienne Darge

Inspirée par la figure du torero Juan Belmonte, la performeuse et metteuse en scène espagnole livre un spectacle inégal. Alors, pour ou contre Angélica ? La question vous est posée vingt fois par jour, dans les rues d’Avignon....

Lire l'article sur Le Monde.fr

France 24

Image de la critique de France 24

lundi 12 juillet 2021

Angélica Liddell, l'électrochoc du Festival d'Avignon

Par AFP

Les spectacles d'Angélica Liddell dérangent souvent. Mais la dernière performance de l'artiste espagnole au Festival d'Avignon a ébranlé le public tant elle a poussé à l'extrême, en images et en paroles, l'expression de son mal-être et mal d'amour....

Lire l'article sur France 24

Télérama

Image de la critique de Télérama

dimanche 11 juillet 2021

Angélica Liddell, à l’amour et à la mort

Par Emmanuelle Bouchez

Enfin l’œuvre qu’on attendait pour bousculer cette 75e édition du Festival d’Avignon. Dans son dernier opus, “Liebestod”, l’artiste espagnole Angélica Liddell remonte aux sources de son théâtre dans un rodéo tauromachique avec elle-même…...

Lire l'article sur Télérama

Alchimie du verbe

Image de la critique de Alchimie du verbe

dimanche 11 juillet 2021

Un spectacle qui nous envahit

Par Raphaël Baptiste

Elle nous parle, elle titube d'ivresse et de désir, sa voix s'adonne à la mélancolie et à la fureur ; elle parle à tout ce qui en nous est sans cesse retenu, taiseux, médiocre : elle nous apprend l'humilité et la terreur....

Lire l'article sur Alchimie du verbe

Salzburger Nachrichten

Image de la critique de Salzburger Nachrichten

dimanche 11 juillet 2021

"Liebestod" als Performance mit Hang zum Extremen in Avignon

Par Jörn Florian Fuchs

Ein Schrei gegen sich, das Publikum und die (Kunst-)Welt: Angélica Liddell beim Avignon-Festival....

Lire l'article sur Salzburger Nachrichten

Libération

Image de la critique de Libération

samedi 10 juillet 2021

A Avignon, la transe de travers d’Angélica Liddell

Par Anne Diatkine

«Liebestod» est le spectacle le plus limpide et frontal de la Madrilène radicale découverte au Festival en 2010.... Elle est seule sur une scène vide, écrin jaune or et pourtant gigantesque, et sa présence est folle. Seule, simplement assise sur une chaise, à côté d’un guéridon et d’un verre de vin qu’elle touchera à peine, quand débute le spectacle, puis seule face à un taureau grandeur nature...

Lire l'article sur Libération

Toutelaculture

Image de la critique de Toutelaculture

samedi 10 juillet 2021

"Liebestod", Angélica Liddell à vif au Festival d'Avignon

Par Amelie Blaustein Niddam

Angélica Liddell : Liebestod, el olor a sangre no se me quita de los ojos, Juan Belmonte est un cri d'amour à la beauté violente....

Lire l'article sur Toutelaculture

SWI swissinfo.ch

Image de la critique de SWI swissinfo.ch

samedi 10 juillet 2021

Liddell : "Tauromaquia y teatro forman parte de la idea de tragedia griega"

Par María Díaz Valderrama

A la dramaturga española Angélica Liddell el Festival francés de Aviñón le hizo recuperar la fe en el arte y el teatro en su primera visita a la muestra hace diez años. Ahora vuelve con el estreno de "Liebestod", un homenaje al torero Juan Belmonte. En él, icono de la tauromaquia y emblema del sevillano barrio de Triana, encontró Liddell un reflejo de su trabajo y su particular sentimiento tr...

Lire l'article sur SWI swissinfo.ch

Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)