Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « Liberté à Brème »

Liberté à Brème

mise en scène Cédric Gourmelon

On en parle dans la presse et sur le web

Club de Mediapart

Image de la critique de Club de Mediapart

jeudi 12 mars 2020

« Liberté à Brême » ou l’émancipation de la femme par le meurtre

Par Jean-Pierre Thibaudat

Comme toute grande pièce « Liberté à Brême » de Rainer Werner Fassbinder est une œuvre caméléon. Elle change avec le temps car le regard que l’on pose sur elle évolue. Ainsi de Geesche, l’héroïne de la pièce, mise en scène par Cédric Gourmelon, portée magnifiquement par Valérie Dréville....

Lire l'article sur Club de Mediapart

Les Inrocks

Image de la critique de Les Inrocks

vendredi 22 novembre 2019

“Liberté à Brême” : une pièce incandescente de Cédric Gourmelon

Par Hervé Pons

Créée au festival du Théâtre national de Bretagne à Rennes, cette reprise de la pièce de Fassbinder par Cédric Gourmelon est un chef-d’œuvre....

Lire l'article sur Les Inrocks

I/O Gazette

Image de la critique de I/O Gazette

vendredi 15 novembre 2019

L’idiome perdu

Par Jean-Christophe Brianchon

D’un fait divers sordide adapté en son temps par R.W Fassbinder à la télévision allemande, Cédric Gourmelon fait théâtre. Hanna Schygulla en moins, Valérie Dréville en plus. Un geste typique du théâtre d’aujourd’hui, donc. Typique de ce théâtre qui veut dépasser le texte et « adapte ». Non pas un roman cette fois : un......

Lire l'article sur I/O Gazette

Sceneweb

Image de la critique de Sceneweb

lundi 11 novembre 2019

Liberté à Brême, une tragédie criante de vérité

Par Christophe Candoni

Valérie Dréville incarne impérieusement Geesche, l’héroïne meurtrière et subversive de Liberté à Brême de Rainer Werner Fassbinder dans une mise en scène un peu trop dessinée à gros traits....

Lire l'article sur Sceneweb

Le Monde.fr

Image de la critique de Le Monde.fr

samedi 09 novembre 2019

Deux pièces sur le thème du voyage ont ouvert le festival du Théâtre de Bretagne

Par Brigitte Salino

Un crucifix à Brême, un pin à Kyoto : c’est sous le signe du bois que, mercredi 6 novembre, s’est ouvert le festival du Théâtre national de Bretagne, lequel voyage, jusqu’au 17, entre les disciplines, les expériences et les continents, avec un accent mis sur l’Islande, chère à Arthur Nauzyciel, le directeur de l’institution rennoise....

Lire l'article sur Le Monde.fr

Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)