Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « Les Hommes Dégringolés »

:Les corps-mémoires

Dans la tenue fragile de nos constitutions, à travers les bouleversements permanents auxquels nous avons tous à faire face, à travers lesquels nous devons nous déterminer, et qu’il nous faut parler

Parcourir certains lieux du monde avec comme seule fonction celle du poète.

Certains lieux intimes

Enthousiasmes, humours, stupeurs, cauchemars, absurdités, colères, légèreté salutaire

Compter avec l’inéluctable et l’irrésolu : nos mémoires immédiates et celles plus englouties dans le fouillis passé

Au commencement j’avais une boussole et une paire de jumelles, c’est ce dont je me souviens.

J’avais des yeux et des oreilles durant ce périple et l’ambition de « faire parler ce monde »

Chaque corps raconte, au commencement il y a l’Homme

Dans cette compression, la présence

Les Hommes dégringolés : des successions d’intensités constituées en blocs compacts physiques, compressions d’intense bonheur ou d’intense douleur ou d’intenses vides ou d’intenses plénitudes : à chaque fois dans une situation et un lieu différents.

Le corps et sa narration sont au centre de ces courtes délivrances et propulsent l’écriture où je l’attendais pas

Ce texte a engrangé de nombreuses rencontres qui ont à chaque fois influencé et nourri la parole puis sa position (la prise de parole)

Avec Olivier Werner, l’aventure continue et fidèle à elle-même ingère et se modifie de nouveau, prend corps, invente son langage, celui de la scène

Mettre en jeu, en scène des enjeux collectifs, prises de paroles précises où le produit du corps raconte

Reconstituer la trajectoire intime de ces corps-mémoires

Symptômes collectifs

L’énergie de la délivrance (ce qu’on dit, ce qu’on voit)

Spasmodique, narratif, visuel

Légèreté et décalage de formes : des mots d’ordres, des mots d’équipe

Je tiens maintenant une caméra pour poursuivre cette narration avec Olivier, j’enregistre des images fixes et en mouvements : de nouvelles intensités

Simplement regarder sans négligence aucune

La position des acteurs, des metteurs en scène, du poète est toujours physique

Et cela est réjouissant, gourmand, évident et sophistiqué, comme au théâtre, ça tombe bien.

Christophe Huysman
Octobre 2000

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je suis abonné(e) Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.