Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « Les Présidentes »

Les Présidentes

mise en scène Solange Oswald

:Note de mise en scène

1re scène :

La pièce fait apparaître du néant Les Présidentes (appelées ainsi par dérision). Trois figures de petites bourgeoises autrichiennes enfermées dans leur coquille. Essentiellement occupées de leur fonction vitale : ingurgiter, déféquer. Cela rentre… cela sort. De l’intérieur vers l’extérieur : le circuit de la merde. Elles ont le visage immobile de la passivité.
Déracinées, inaptes au bonheur, stériles et génétiquement dangereuses. Apatrides, apolitiques, athées, historiquement amnésiques, enlaçant le familier pour créer un décor maternant. Elles ont eu une vie sans encombre, ni surprise, rien à faire, rien à penser, rien à dire. Il n’y a plus de raison d’être en colère puisque le Pape aujourd’hui parle à la télé, puis le présentateur qui aussi parle à leur place. Elles, elles commentent, il faut juste entretenir la conversation sur ce que l’on sait déjà. On se noie dans le débit enivrant d’une parole bavarde et futile et ce discours maladroit qui bégaie ne s’arrête sur rien, il est même une recette subterfuge pour accéder à l’état idéal de cette société : l’oubli.

2e scène :

Nous sommes en Autriche et l’alcool désinhibe, qui libère une lave de phantasmes, bacchanales de mots, scatologie. Il faut déboucher le circuit de la merde (il s’agit d’une métaphore de tout ce qui bouche le circuit de notre conscience).
On met les deux mains sur les yeux et on invente d’autres mots pour les mettre sur son coeur. On débouche les organes de la passion. Mais l’imprévisible arrive, l’une d’elles, la plus innocente, s’envole dans ses phrases et accède à l’état de ravissement. Portée par l’écoulement verbal, elle trouve la grâce. Mais les deux autres Présidentes prennent peur de cet espace libéré. La possibilité de jouissance pourrait réveiller l’Esprit, le sens critique et réveillerait forcément la douleur. Prises de panique, elles la tuent comme on tue l’espoir d’une autre identité.

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je suis abonné(e) Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.