Accueil de « Les Justes »

Les Justes

+ d'infos sur l'adaptation de Abd Al Malik,
mise en scène Abd Al Malik

:Présentation

Abd Al Malik adapte et met en scène la pièce d’Albert Camus.

Entouré de jeunes comédiens et de fidèles de son univers, notamment Wallen et Bilal qui œuvrent à la musique, il apporte un souffle nouveau à cette histoire d’idéalistes. Située dans le cadre de la révolution russe de 1905, cette tragédie musicale suit un groupe de terroristes qui cherchent à éliminer le Grand Duc lors d’un attentat. Mais il n’est pas simple de jeter une bombe quand les forces de l’amour et de l’amitié vous bouleversent… .

Mon idée est d’abord de mettre en scène ou de donner à voir, avec le recul de l’histoire – la grande et la petite -, le récit de la décomposition progressive d’un idéal ; de mettre en situation la vie et la mort d’une utopie alors que celle-ci n’en est encore qu’à ses balbutiements.

En 1905 à Moscou, de jeunes socialistes révolutionnaires préparent un attentat et ne peuvent pas consciemment savoir que cette « intolérable souffrance », face à l’injustice, qui pèse sur leur poitrine va finir par donner naissance à une logique meurtrière et déchaînée qui marquera le siècle par son ampleur.

Le texte d’Albert Camus devient ici un spectacle qui associe la déclamation poétique (rap et slam) et le théâtre prolongé et soutenu par une musique instrumentale et vocale, polyphonique (a capella ou accompagnée), du hip hop, de l’électro… Il s’agit d’utiliser la musique comme un écrin qui mettrait en lumière la solitude et l’intense sincérité de l’engagement de nos Justes ainsi que la poésie et les enjeux philosophiques du texte camusien dans sa globalité, et qui nous permettrait de pénétrer, par l’émotion générée, son signifié le plus profond. A chaque fois qu’un personnage nouveau s’introduira dans une discussion et / ou lorsqu’un thème nouveau sera abordé, interviendront de nouveaux motifs musicaux.

Il s’agira pour moi en tant que metteur en scène d’abolir dans une certaine mesure les gestes théâtraux habituels en mettant les acteurs dans l’attitude de ceux qui déclament un texte en dialogue, à la fois, avec le public, qui devient un personnage à part entière de la pièce, et avec les autres acteurs. Ainsi, les acteurs par leur flow , leur manière de se mouvoir dans la langue, ne seront plus simplement acteurs mais également poètes, rappeurs ou slammeurs performant, sur les planches, en musique.

Il ne sera pas tant question de modifier ou d’ajouter au texte d’Albert Camus mais plutôt d’en bouleverser radicalement l’interprétation. Je me propose donc de mettre en scène une véritable “tragédie musicale”.

Abd Al Malik

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je me connecte Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.