Accueil de « Karamazov »

:Pièce (dé)montée

Un dossier réalisé par Caroline Bouvier, professeure agrégée Lettres classiques.

Édito

Depuis l'arrivée de Jean Bellorini à la direction du théâtre Gérard Philipe à Saint-Denis, en 2014, on aurait pu croire le metteur en scène et sa troupe assa- gis : déjà en 2013, Liliom de Ferenc Molnár ou La Bonne Âme du Se-Tchouan de Bertolt Brecht revenaient à un théâtre de répertoire, comme il faut, avec une intrigue, de l’action et des personnages. Bien sûr, l’atmosphère surna- turelle permettait le surgissement de la poésie et du mystère, mais dans le cadre d’une composition théâtrale traditionnelle. Cadre sans doute un peu étroit pour qui avait éprouvé la grandeur des barricades dans Les Misérables de Victor Hugo ou la joyeuse traversée des Pantagruélistes dans Le Quart Livre de Rabelais, et ainsi proposé les 3 h 40 de Tempête sous un crâne ou la grande pataugeoire de Paroles gelées.

En 2016, plus de sagesse, mais bien le retour aux grandes œuvres roma- nesques, au pari de l’adaptation scénique, à la puissance des mots... Et là encore, Jean Bellorini et sa troupe vont directement à l’œuvre phare, puisqu’il s’agit des Frères Karamazov de Dostoïevski, la dernière œuvre de l’écrivain russe, qui sera ainsi représentée lors du Festival d’Avignon, dans un autre grand lieu, la carrière de Boulbon.

Œuvre vertigineuse, comme le reconnaît Jean Bellorini, Les Frères Karamazov met en scène des personnages qui selon le mot de Zweig « veulent tout, le bien et le mal, ce qui brûle et ce qui est glacé, ce qui est loin et ce qui est près ; ils sont sans mesure, ils dépassent les bornes »1 et nous questionnent sur la souffrance, la culpabilité et la quête de la vérité. Comment représenter sur une scène, dans un délai raisonnable (cinq heures !) cette œuvre « monstre » ? De quelle manière Jean Bellorini fait-il résonner aujourd’hui ces interrogations sur la foi et la liberté ?

Par le biais de différents travaux et exercices, ce dossier se propose de pré- parer la venue des élèves au spectacle. Le passage du roman à la scène, le foisonnement de l’œuvre, les points d’ancrage pour aborder la représenta- tion : telles seront les pistes abordées ici.

Sommaire

Édito

Avant de voir le spectacle,

  • Du roman à la scène
  • Les Frères Karamazov : une œuvre complexe et essentielle
  • Entrer dans le spectacle

Annexes

  • Entretien avec Jean Bellorini et Camille de La Guillonniere
  • Présentation du spectacle
  • Confrontation
  • Ouverture du spectacle
  • Un roman aux interprétations multiples
  • Présentation des personnages : les Karamazov
  • La question du parricide
  • Accessoires


Pièce (dé)montée, présentation

« Pièce (dé)montée » est une collection nationale du CNDP, coordonnée par le Centre régional de documentation pédagogique de l’académie de Paris avec le soutien de l'Inspection Générale Lettres-Théâtre et en partenariat avec de nombreux théâtres en France. Elle a pour objectif de faciliter la compréhension des enjeux spécifiques du théâtre en confrontant les textes à leur représentation. En ligne et en libre accès, la collection suit l’actualité théâtrale et permet de faire découvrir de nouveaux auteurs et metteurs en scène.

« Pièce (dé)montée » est reconnue pour la très grande qualité de ses dossiers par la communauté éducative et les services des relations publiques au sein des théâtres.

Voir la présentation complète

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je me connecte Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.