Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « Le Pire n'est pas (toujours) certain »

Le Pire n'est pas (toujours) certain

mise en scène Catherine Boskowitz

On en parle dans la presse et sur le web

RFI

Image de la critique de RFI

lundi 16 décembre 2019

Pour Catherine Boskowitz, «Le pire n’est pas (toujours) certain»

Par Pascal Paradou

Le pire n’est pas (toujours) certain, c’est le nom de cette pièce de Catherine Boskowitz qui invite le spectateur à suivre la route d’un chien, lui-même croisant celles de personnes en migration, entre Thessalonique et Bobigny. Un parcours entre documentaire et conte, nourri de trois années dans les camps de réfugiés....

Lire l'article sur RFI

hottello

Image de la critique de hottello

dimanche 15 décembre 2019

Catherine Boskowitz harangue la salle vertement

Par Véronique Hotte

Le spectacle de Catherine Boskowitz se révèle convaincant et persuasif, comédienne qui, depuis la scène, harangue la salle vertement, incarnant la bonne conscience repue et méfiante de l’Europe – vache beuglante, cornes levées et poitrine épanouie -, porte-parole de la vox populi populiste et nationaliste – dérision. Sur le plateau, s’accomplit avec bonheur un pari politique, éthique et esthétique, particulièrement audacieux......

Lire l'article sur hottello

Les Inrocks

Image de la critique de Les Inrocks

jeudi 12 décembre 2019

Les spectacles à ne pas manquer : Le pire n'est pas " toujours" certain

Par Fabienne Arvers

Les spectacles à ne pas manquer en décembre 2019 : Le pire n'est pas " toujours" certain...

Lire l'article sur Les Inrocks

AOC media

Image de la critique de AOC media

jeudi 12 décembre 2019

(Dé)jouer à se faire peur – sur « Le pire n’est pas (toujours) certain »

Par Anne-Laure Amilhat Szary

Avec « Le Pire n'est pas (toujours) certain », spectacle créé ce soir à la MC93 de Bobigny, Catherine Boskowitz propose en s'emparant de la question migratoire et des réactions qu'elle suscite comme un conte politique voltairien où il est possible de se jouer de la peur, au sens littéral…...

Lire l'article sur AOC media

Toutelaculture

Image de la critique de Toutelaculture

mardi 01 octobre 2019

Le rôle de l'Europe dans la crise migratoire

Par Chloé Coppalle

Les Zébrures d’Automne, première partie des Francophonies 2019, ont présenté Le pire n’est pas (toujours) certains, une pièce de Catherine Boskowitz, point fort de la programmation. Retour sur une oeuvre actuelle, qui parle avec franchise de la responsabilité de l’Europe dans la crise migratoire.

Lire l'article sur Toutelaculture

humanité.fr

Image de la critique de humanité.fr

mardi 01 octobre 2019

Dernier épicentre dela Francophonie

Par Marie-José Sirach

Article sur le Festival des francophonies de Limoges avec Focus sur le spectacle " Le pire n'est pas (toujours) certain" mis en scène par Catherine Boskowitz...

Lire l'article sur humanité.fr

Sceneweb

Image de la critique de Sceneweb

dimanche 29 septembre 2019

Catherine Boskowitz met la solidarité en morceaux

Par Anaïs Heluin

Dans Le Pire n’est pas (toujours) certain, créé aux Zébrures d’automne – nouvel intitulé du festival Les Francophonies en Limousin – Catherine Boskowitz aborde le drame des migrants à partir de l’essai Frères migrants de Patrick Chamoiseau. Un plaidoyer pour « des solidarités imprévisibles et transversales », dont elle échoue à traduire la force....

Lire l'article sur Sceneweb

www.lepopulaire.fr

Image de la critique de www.lepopulaire.fr

vendredi 27 septembre 2019

Le Pire n'est pas (toujours) certain : une création réussie des Zébrures d'Automne à Limoges

Par Muriel Mingault

Le Pire n’est pas (toujours) certain est la première création du festival Les Zébrures d’Automne, voué à l’inventivité francophone. Cette pièce de théâtre, signée et mise en scène par Catherine Boskowitz, est très réussie. A voir ce vendredi 27 septembre et dimanche 29 septembre à Limoges....

Lire l'article sur www.lepopulaire.fr

Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)