Accueil de « Le Préambule des étourdis »

Le Préambule des étourdis

mise en scène Estelle Savasta

:Présentation

« Anatole est né d’un tas de casseroles. » C’est joli quand ça brille mais c’est bruyant et difficile. Il ne parle pas Anatole, il s’invente des panoplies pour traverser la vie car ce n’est pas facile quand on traîne une casserole derrière soi. Il n’est pas seul Anatole, il est avec Miette qui a « les os qui craquent comme le plancher d’une vieille maison » et cuisine toute la journée comme elle écrirait des lettres d’amour. Comment fait-on avec le poids de nos casseroles ? Doit-on s’en défaire ou peut-on en faire quelque chose ? Touchée par ce sensible récit pour la jeunesse, qui aborde la question du handicap avec une délicatesse rare, Estelle Savasta en crée une très libre adaptation pour la scène. Et pour cela, fait passer son écriture par l’enfance, mêlant aux mots maladroits les corps en éclosion et l’illusion, pour trouver comment c’est quand on est brouillé, chiffonné, carbonisé... Sur une musique bidouillée d’instruments de tambouille, tout est danse, mime et magie en un même mouvement emportant nos émotions imagées. C’est simple, beau et fragile. Ça a l’innocence, la joie et l’invention de l’enfance. Son univers est un poème au delà du verbe qui conte la beauté de ce qui nous lie aux autres, la fragilité de nos handicaps minuscules et la « solidarité des ébranlés ». Elle explore le geste comme parole et met en scène des spectacles en langue des signes, notamment à l’occasion de collaborations avec Emmanuelle Laborit (International Visual Theatre).

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Voir un exemple Je m'abonne