Accueil de « 벨기에 물고기 (Le Poisson belge) »

벨기에 물고기 (Le Poisson belge)

+ d'infos sur le texte de Léonore Confino
mise en scène Cathy Rapin

:Présentation

Cette pièce contemporaine présente une réalité complexe à travers une écriture simple, vive et provocante suscitant aussi bien l’inquiétude que le rire car elle nous tend un miroir où se mêlent nos cruautés et solitudes sur un ton plutôt joyeux et humoristique. Le plaisir du texte tient aussi à la réalisation progressive d’un puzzle fait d’éléments insolites et qui ne se dévoile qu’à la fin et parle de choses universelles comme les discriminations, la recherche d’identité, la monstruosité qui est en nous. Avec cette nouvelle création nous poursuivons des thèmes déjà abordés dans nos autres créations dont cette part d’enfance meurtrie et ce désir de réunification avec soi et autrui. Mais nous nous aventurons aussi et nous pouvons le deviner dès le titre : Le poisson belge, vers une réalité décantée en conte fantastique que certains auteurs contemporains francophones ont pu exploiter et nous faire découvrir.

Le monde quotidien que l’on découvre dans Le poisson belge est à la fois l’univers trop sec ou désertique d’un homme peu agréable, mal aimé, célibataire au chômage, transgenre- « Depuis que je suis en âge de marcher, une fille pousse clandestinemet sous ma poitrine »- et celui jaillissant comme un geyser salé de larmes, troué de fictions marines d’une petite fille elle aussi mal aimée, peu « girly » et abandonnée. Ces deux univers contradictoires vont sans doute perturber le public et l’inciter à voir la poésie où on ne l’attend pas, à dépasser les frontières des discriminations ou classifications qui nous empêchent de comprendre autrui et saisir la vie dans ce qu’elle a d’inexplicable et de fantastique. Mais Il n’y a ni morale ni thèse psychologique dans cette pièce seulement l’histoire d’une rencontre de deux êtres opposés et blessés qui se soignent grâce à l’autre et deviennent pour chacun une raison de vivre et de changer. Ce sont ces Héros peu convenables voire monstrueux, mais aventuriers d’une société souvent étouffante, violente, sexiste et injuste qui vont faire remonter en nous quelque chose d’enfoui et nous redonner confiance et respiration. La pièce traverse les frontières comme les genres et passe du conte fantastique proche du mythe au roman initiatique, de la comédie à la tragédie. Tout l’intérêt de cette pièce est alors cet équilibre insolite entre deux êtres humains rejetés qui empruntent au fantastique pour survivre. Et ma place de citoyenne de la marge en Corée sera donc encore une fois de montrer et de faire jouer ce qui nous préoccupe en tant qu’être humain, vivre avec nos différences au delà des dictatures des modes culturelles, politiques et sociales.
Ce texte nous permet donc un théâtre poétique où fiction et réalité, imaginaire et réel se rencontrent. Le glissement de l’un à l’autre se fera non seulement par les gestes et les voix mais sur scène entre deux espaces inclus dans un même appartement; une île déserte avec pour horizon une salle de bain.
La mise en scène tiendra compte de cet espace double qui permettra aussi le travail de la lumière et de projections mouvantes ou fixes participant au rythme même du spectacle puisqu’il y a douze étapes, séparées dans le texte par un astérisque, d’une quête de soi qui est aussi une quête de l’autre.
L’univers sonore participera également à l’univers poétique visuel sur scène par les images projectées pouvant évoquer l’univers intérieur de chacun des personnages, et produire un écho poétique et sensoriel sur les spectateurs. Ces images permettront de définir des zones temporelles et physiques, des textures, des ambiances, des rythmes que les simples projecteurs ne permettent pas.
Le travail de la lumière avec les projections contribuera au fantastique ou au poétique et donnera tout son sens à l’image générale de cet univers entre fiction et réalité.
La réalisation de ce projet fera bien entendu appel à l’énergie et inventivité des interprètes pour tenir à deux une scène entre réalisme et fantastique. On espère que le public se laissera charmer par ce couple qui réclame finalement le droit à la différence. Comment grandir sans préjugé et libre, sans devenir un monstre quand la société nous enferme dans des cages... des cases ?

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je me connecte Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.

bannière publicitaire du bas de page
Masquer la bannière