Accueil de « Le Monologue d'Adramélech »

Le Monologue d'Adramélech

+ d'infos sur le texte de Valère Novarina
mise en scène Valère Novarina

Pièce de théâtre «utopique», monumentale, trop grande pour l’espace de la scène, «Le babil des classes dangereuses » poursuivait l’exploration des langues et des corps commencée par Valère Novarina dans «L’atelier volant» en 1974. Une île s’en est détachée : «Le monologue d’Adramélech ». On y retrouve la volonté de faire parler cette langue d’en dessous, celle qui vient du plus enfoui et qu’on cherche à faire taire, orchestrée ici dans une vaste «architecture fuguée» parcourue d’échos, de répétitions et de variations, un «allegro perpétuel»

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je me connecte Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.