Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « Le 6ème jour »

:Le clown, par François Cervantes

extrait « Le clown Arletti, vingt ans de ravissement »

« Puisque j’ai créé plusieurs spectacles avec des clowns et que j’ai travaillé avec des cirques, puisque le “travail de clown” s’est extrêmement répandu en France ces dernières années, non plus dans les cirques mais dans les théâtres et dans les écoles d’art dramatique, à plusieurs reprises on m’a interrogé sur mon travail, on m’a demandé de répondre à deux questions : pourquoi le clown, et comment le clown ? Je suis embarrassé pour répondre, parce que le clown, à mon sens, ne relève d’aucune sorte d’exercice, d’apprentissage ou d’amélioration. Ce n’est pas un acte d’interprète. Le clown n’est pas un acteur.

Le clown est un poète, et même s’il est accompagné, entouré et conseillé pendant la création de ses spectacles, au bout du compte, son acte est absolument personnel et authentique.

Le clown et l’auteur sont seuls. Ils sont côte à côte dans leur création, l’un avec son corps et l’autre avec les mots. Je dis cela alors que j’ai passé des milliers d’heures à travailler le clown avec des comédiens et des artistes de cirque. Mais ce qui me gênait justement, c’était toujours cette façon grégaire de travailler. Je voyais qu’il fallait plus de solitude pour que l’ouvrage tienne.

Bien sûr le clown, comme l’écriture, peut faire du bien à ceux qui l’abordent, les aider à vivre ou à trouver leur chemin. Mais j’essaye ici de parler de ceux qui deviennent clowns, c’est-à-dire de ceux qui vont au bout d’une métamorphose. Le clown et l’auteur sont tous deux aux prises avec la poésie, mais le clown pose à l’auteur une question fondamentale, à savoir si le poème est une suite de mots alignés sur une feuille de papier, ou si c’est un muscle. Le clown interroge la littérature en remontant à la source de l’acte poétique.

Le clown ne dit pas un poème, il ne fait pas un poème, il “est” un poème. Il est avec son corps comme l’auteur est avec le langage. Pour lui, le corps, cet enchevêtrement de muscles de nerfs et de peau, c’est le langage, et mettre à jour le clown, c’est mettre à jour le poème incarné, la présence unique de ce corps, rendre lisible le poème écrit par la vie, inscrit dans le grand livre.

Un auteur, dont je n’ai plus le nom en mémoire, parle de deux frères dont l’un était un grand philosophe de son temps, et l’autre était fou, et il dit à propos de ces deux frères que l’un a exposé sa philosophie, et que l’autre a exposé son cerveau. Le clown, mi-ange mi-bête, s’enivre d’arriver sur terre, dans la chair de l'homme. La relation au monde et la relation à l’autre, tout est à écrire, à inventer. (...)

Les enfants et les vieux me font rire, rarement les adultes.

Les enfants sont plein de désirs impossibles : marcher, sauter, parler, entrer en contact avec les autres. Ils sont plongés dans l’aventure de l’incarnation et il y a toujours un grand écart entre leurs désirs et leurs actes. Ils essayent de trouver leur place avec des désirs immenses et des corps fragiles. Ils essayent des phrases qu’ils ont entendues : autour d’eux on rit, et puis un jour on ne rit plus. Ils ont réussi à voler une phrase et à la faire leur. Ils ont envie qu’on arrête de rire et qu’on les prenne au sérieux. C'est l’idée qu’ils se font du monde des adultes. Mais certains enfants, en entendant les rires autour d’eux, en font une expérience décisive. Ils apprennent que devenir adulte ce n’est pas arriver à être pris au sérieux, mais à rester sérieux comme un enfant, se souvenir de l’adulte qui était en eux quand nous étions enfants. Ils apprennent que nous portons en nous des désirs impossibles qui ne seront jamais réalisés, mais que nous n’avons aucune raison de capituler, car si ces désirs ne sont pas notre vie, ils sont notre raison de vivre. Les vieux ont des désirs qui ne sont plus possibles, ils se désincarnent. Même descendre un escalier devient une grande histoire. Ils regardent le monde comme une terre étrangère qu’ils vont quitter.

Peu d’adultes sont des adultes. Les enfants et les vieux sont ceux qui témoignent le plus clairement de notre condition. Ce sont les fragiles, les hors-jeu, les inconsolables, les irrécupérables. Ce sont ceux qui ne nous laissent pas tranquilles. J’ai des souvenirs d’avoir ri aux larmes. Cela ne pouvait plus s’arrêter. C’était une ivresse, des moments que je sentais irréversibles, qui compteraient dans ma vie. Dans ce rire aux larmes, je sentais que j’apprenais quelque chose de l’ordre de l’idiotie. Dans ces moments-là, mon corps disait “oui” et “non” en même temps, avec autant de force : oui et non. Ce que je voyais était aussi vrai que faux, aussi merveilleux qu’atroce.

Je ne serais pas étonné d’apprendre que dans les grottes préhistoriques, pendant qu’un tigre était en train de croquer un homme, pendant que les os craquaient et que le sang coulait dans la gorge de l’animal, un autre homme dans la grotte riait aux larmes. Oui, un tigre mangeait un homme.

Non, l’homme ne serait pas toujours mangé par le tigre. Le rire, la connaissance de l’idiot.

Dans ces moments de ma vie où j’ai ri comme ça, je crois que j’ai reconnu des désirs impossibles et des échecs fondateurs. Sans le savoir, en riant, j’apprenais quelque chose de fondamental.

Les clowns sont des livres de chair.

On dit en Afrique qu’un vieux qui meurt c’est une bibliothèque qui disparaît. Je pense qu’un clown qui apparaît, c’est un poème qui nous est donné, et qu’un clown qui disparaît c’est un poème que l’on ne pourra plus lire ».

François Cervantes extrait « Le clown Arletti, vingt ans de ravissement », François Cervantes et Catherine Germain co-édition Magellan &Cie / Editions Maison – 2009

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je suis abonné(e) Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.