Accueil de « La Imaginación del futuro (L'Imagination de l'avenir) »

La Imaginación del futuro (L'Imagination de l'avenir)

+ d'infos sur le texte de  La Re-sentida
mise en scène Marco Layera

On en parle dans la presse et sur le web

Image de la critique de l'Artichaut

mercredi 10 décembre 2014

Uchronie chilienne

Par Valère Clauzel

Coke, strip-tease, cabaret, émotion trash : tout y passe. Ebranlement du passé et critique du présent, du 3 au 11 décembre aux Abbesses, la société chilienne est en ébullition avec La Imaginación del futuro....

Lire l'article sur l'Artichaut

Image de la critique de Sceneweb

samedi 06 décembre 2014

Marco Layera et sa République en folie

Par Stéphane Capron

Marco Layera réécrit l’histoire de son pays et la chute du Président Allende en 1973 dans une tragédie comique irrévérencieuse. Le Re-sentida va souffler le vent de la révolte sur le plateau....

Lire l'article sur Sceneweb

Image de la critique de regarts.org

lundi 24 novembre 2014

Du théâtre qui ose.

Par Ivanne Galant

Du théâtre qui ose. Du théâtre qui pose des questions. Qui bouscule, dérange. Utiliser les personnages historiques et faire fiction est apparu délicat mais n'est-ce pas du ressort de l'artiste de jouer avec les représentations pour en faire tout autre chose ? Je ne crois pas que le propos soit de s'en prendre à Allende. Pour ceux qui voudraient connaître réellement qui il était, ce n'est pas cette pièce qu'il faut voir, c'est évident,...

Lire l'article sur regarts.org

Image de la critique de La Terrasse.fr

mardi 28 octobre 2014

Orage en vue

Par Eric Demey

Dans une programmation parfois jugée un peu fade, La Imaginacion del futuro a détonné cet été au Festival d’Avignon. Une provocation politique se sont insurgés certains, parce que le spectacle ridiculise Salvador Allende et le rend coupable des malheurs qui ont touché le Chili à sa suite. Si l’on s’en tient à une lecture premier degré. Le ‘’problème’’ avec la Re-Sentida, compagnie chilienne créatrice de ce spectacle, est qu’on ne sait jamais très...

Lire l'article sur La Terrasse.fr

Image de la critique de Carnet d/Art

dimanche 20 juillet 2014

Insolence barbare

Par Jean Belmontet

Ceux qui ne l’ont pas encore compris doivent désormais l’apprendre par l’affirmation frontale : la 68e édition du Festival d’Avignon est décevante. La programmation, que l’on nous promettait jeune, vivante, vigoureuse, renouvelant substantiellement la teneur et les enjeux du théâtre contemporain, proposant des aventures scéniques inconnues ou invisibles depuis des lustres sur les planches avignonnaises, est au contraire, dans l’ensemble, d’une...

Lire l'article sur Carnet d/Art

Image de la critique de insense

dimanche 20 juillet 2014

L’imagination n'a plus d'avenir ?

Par yannick butel

Avec La Imaginacion del futuro mis en scène par Marco Layera, au cloître des Carmes, la 68ème édition du festival d’Avignon continue dans la redondance. À se demander ce qu’on leur a fait, comme dirait l’autre....

Lire l'article sur insense

Image de la critique de Le Monde.fr

samedi 19 juillet 2014

Marco Layera déboulonne la statue de Salvador Allende

Par Brigitte Salino

Quadragénaire, le metteur en scène chilien veut en finir avec la légende dorée des années 1970, tétanisant au passage les spectateurs d'Avignon....

Lire l'article sur Le Monde.fr

Image de la critique de Toute la culture.com

samedi 19 juillet 2014

Marco Layera explose les mythes

Par Amelie Blaustein Niddam

La comparaison va être faite, alors, balayons-la toute de suite. Oui, il y a du Vincent Macaigne dans l’énergie de Marco Layera. Mais si les sales gosses qui envahissent le plateau crient aussi fort que ceux d’Au moins j’aurai laissé un beau cadavre, la comparaison s’arrête là. Place à une petite bombe qui ne plaira pas à tout le monde....

Lire l'article sur Toute la culture.com

Image de la critique de Les Inrocks

vendredi 18 juillet 2014

Le révisionnisme servi sur un plateau

Par Patrick Sourd

Ni drôle, ni jeune, ni témoignage d'une vraie révolte, les élucubrations obscènes du Chilien Marco Layera cachent mal une perversité politique totalement contre-productive....

Lire l'article sur Les Inrocks