Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « La Flûte »

La Flûte

+ d'infos sur le texte de Edward Bond traduit par Jérôme Hankins
mise en scène Jérôme Hankins

:Entretien avec Edward Bond

On vous considère souvent comme l’auteur d’une oeuvre sombre. Que vous inspire cette réputation ?

Il est vrai que certaines de mes pièces - tout comme une large part du répertoire classique - traitent de la violence. Mais quand ces pièces sont bien mises en scène, elles n’exploitent aucunement cette violence. Au contraire, elles affirment notre capacité à résoudre les problèmes, dont après tout nous sommes largement responsables. Mes pièces sont des péans qui célèbrent le pouvoir de l’humain. Mais elles ne peuvent le faire à moins de décrire la réalité des problèmes. C’est alors seulement qu’elles rendront son urgence au besoin de trouver des solutions et de comprendre. Les gens parviennent généralement à ignorer ces problèmes dans leur vie quotidienne. Au théâtre, ils ne devraient pas être en mesure de le faire. Là, la véritable récompense des spectacteurs est de voir reconnues leurs responsabilités et leurs capacités. Dans nos temps troublés, bien des choses deviennent dangereuses. La plus dangereuse de toutes est peut-être la trivialité, dont j’accuse une grande partie du théâtre contemporain. Soit il n’est que pur divertissement - pure hypocrisie, en fait - soit prétentieusement «esthétisant» ou «mystique», ce qui berne le public. Les outils et les philosophies actuels du théâtre ne fonctionnent plus. Il nous faut créer de nouveaux modes d’écriture, de jeu d’acteur, de mise en scène. Les théories de Stanislevski et Brecht ne correspondent plus à notre époque. Elles déforment l’oeuvre qu’elles font mine de servir. Nous avons besoin d’un nouvel art dramatique qui serait à la fois social et intime, à la fois héroïque et antihéroïque, à la fois juste et criminel - je dis criminel parce que la justice n’est devenue qu’une simple expression de la vengeance, qui est le contraire de la justice.

Pourquoi pensez-vous qu’il est nécessaire de vous investir dans le théâtre pour le public jeune ?

Ni la science ni la religion - qui est une forme de théâtre - ne peuvent créer notre humanité. Seul l’art dramatique en est capable. Dans notre ère technologique, cette remarque peut paraître extravagante mais elle est juste. La science pourrait très facilement nous déshumaniser et l’art dramatique est de plus en plus dépendant du capitalisme des médias. Or, nous ne sommes pas nés pour faire du profit mais pour créer la justice. Les jeunes gens sont encore proches de leur gravité existentielle et ils en ont certainement besoin si leur vie future ne veut pas être plongée dans le chaos. Ils savent encore que tout ne peut pas s’acheter et se vendre. A Rouen, nous essaierons de créer ce nouveau théâtre. Nous n’y parviendrons qu’en partie, mais nous aurons commencé.

Propos recueillis par Manuel Piolat Soleymat

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je suis abonné(e) Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.