Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « La Farce de Maître Pathelin »

La Farce de Maître Pathelin

Agnès Régolo (Mise en scène)


:Notes de mise en scène

L’époque de la création de La Farce de Maître Pathelin est charnière, celle d’un passage d’un théâtre sacré à un théâtre profane. Une nouvelle conception de l’homme se dégage : celle d’un individu échappant à un idéal et saisi dans sa complexité et sa vie sociale. Ce théâtre ne s’embarasse pas, il tient tout entier dans la présence de l’acteur et entretient un rapport décomplexé avec le public qui joue le jeu.
Dans notre représentation, pas de reconstitution historique du XVème siècle, mais pourtant le désir d’en rendre compte, comme un hommage aux origines. La représentation ne commencera pas par la pièce mais par l’évocation par les acteurs de la dite pièce, de son contexte historique, des conditions dans lesquelles ce théâtre était joué à l’époque, de ses acteurs peu illustres, mais cruciaux prédécesseurs. Ils le feront, selon leur profil, avec fougue, érudition, discrétion, émotion mais tous avec une implication passionnée. On rentrera dans la représentation de fil en aiguille, forcément par emballement.

Scénographie

Les représentations au Moyen-Âge se tiennent sur de simples tréteaux.
Cette scène surélevée sera la pierre de touche de notre décor. Une scène sur la scène. On jouera autour et dessus. Dessus on s’y hisse pour le « grand jeu ». C’est le lieu « du crime », de l’embrouille, du mensonge, de l’imposture.
Au centre de ce plateau surélevé : un trou. Dans ce trou, ce qui est caché : la marchandise, la coulisse, une fosse à accusé. C’est la trappe. On y passera tous. Dans cet espace, on est assis au bord du vide comme dans la vie. Ici, on joue avec.

Jeu d’acteurs

Pas emphatique, ni démonstratif. Il ne faut rien enfoncer, il n’y a pas à pousser, ça avance tout seul. Ni pousser, ni abêtir. Les personnages sont loin d’être simplets. Il y a bien des dindons mais pas de naïveté.

La langue

Dans La Farce de Maître Pathelin, c’est elle qui fait avancer l’action. C’est l’action. Elle est colorée, inventive, euphorique. Elle mobilise toutes les forces des personnages. Elle est physique.

Costumes

Jambes gainées, chaussures modernes au bout pointus, vestes contemporaines. Dans l’allure, une « touch » Moyen-Âge dans le bas du corps, sur sa base. Les visages sont blafards, légèrement blanchis, faces de carême.

Musique

Même matériau que la langue : du cri, de la voix, du souffle. Comme le réservoir des forces qui se déploient dans la pièce. Instruments à vent et voix humaines à composer (collage, mixage, superpositions). Quelque chose de désordonné et en même temps de déterminé. La musique tire vers l’ avant la machine à jouer. Elle l’emballe.

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je suis abonné(e) Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.