Accueil de « La Double inconstance »

La Double inconstance

+ d'infos sur le texte de  Marivaux
mise en scène Philippe Calvario

:Présentation

Tout avait commencé par un pacte d’amour. Deux amants, Sylvia et Arlequin voulaient protéger leur passion. Mais le jeune prince, cousin éloigné d’Edouard aux mains d’argent, tombe fou amoureux de Sylvia. La loi de son pays interdit de la prendre par la force, alors avec l’aide de trois complices : Flaminia, Trivelin et Lisette ; il met en place un jeu dangereux pour la séparer d’Arlequin pour toujours. « Ne songeons qu’à détruire l’amour de Silvia pour Arlequin » prononce Flaminia au début de la pièce.
S’engage alors un véritable stratagème qui va conduire à une double inconstance : celle de Sylvia pour le prince et celle d’Arlequin pour Flaminia.
On pense aux liaisons dangereuses : Flaminia en Merteuil complice et le Prince en Valmont mélancolique.

Je souhaite utiliser l’esthétisme du conte dans cette pièce, un conte plutôt sombre où l’enfance d’une jeune fille est piétinée sous nos yeux par le désir d’un prince sans doute un peu capricieux qui meurt d’amour pour celle qui, au départ, ne l’aime pas.
Le conte c’est aussi imaginer l’action de la pièce resserré en une nuit de tous les possibles, une sorte de nuit de la Saint Jean où les esprits seraient de sortie et où les pactes d’amour s’envoleraient avec les feuilles des arbres.

Philippe Calvario

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je me connecte Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.