Accueil de « La Source des saints »

La Source des saints

mise en scène Michel Cerda

On en parle dans la presse et sur le web

le bien public Dijon

Image de la critique de le bien public Dijon

mercredi 08 février 2017

Le monde mérite t il d'être vu...

Par Lydie Champrenault

C’est la question que pose La Source des saints , très belle pièce de l’auteur irlandais John Millington Synge, traduite avec talent par la dramaturge Noëlle Renaude et mise en scène par Michel Cerda à la salle Jacques-Fornier.

Lire l'article sur le bien public Dijon

frictions

Image de la critique de frictions

samedi 04 février 2017

L'œil écoute

Par Jean-Pierre Han

C'est réellement du grand art qui devrait permettre pour peu que l'on ait un peu de mémoire de considérer la véritable place de Michel Cerda dans notre univers théâtral plus que frelaté....

Lire l'article sur frictions

froggydelight.com

Image de la critique de froggydelight.com

lundi 30 janvier 2017

Portés sur la bouteille, ils n'ont pas leur langue dans leur poche.

Par P. Person

Dans "La Source des Saints", les personnages sont haut-en-couleur et truculents. Portés sur la bouteille, ils n'ont pas leur langue dans leur poche. Mais, à l'inverse des figures que l'on trouve par exemple dans les films de John Ford, ils ne sont pas soumis à la figure tutélaire d'un prêtre, fût-il un fieffé bagarreur. Ici, le merveilleux tient lieu de religion et cette source de jouvence et d'amour n'a rien à voir avec la trilogie chrétienne.

Lire l'article sur froggydelight.com

LeJDD.fr

Image de la critique de LeJDD.fr

samedi 28 janvier 2017

La Source des saints : cécité et aveuglement

Par Annie Chenieux

La scène et la salle restent plongées dans le noir un moment, le temps de se familiariser avec les sons, avant que surgissent comme du néant, Martin Doul et Mary Doul, tous deux aveugles, pauvres hères cramponnés l’un à l‘autre et vivant de mendicité dans la campagne irlandaise. Au croisement de la route, passe Timmy, le forgeron (Christophe Vandevelde), qui annonce une merveille : l’eau d’une source sacrée peut les guérir de leur cécité. Une fois la vue recouvrée, Martin, à qui l’on avait vanté la beauté de Mary, ne la reconnaît pas, la prend pour l’accorte Molly (Chloé Chevalier)

Lire l'article sur LeJDD.fr

Sceneweb

Image de la critique de Sceneweb

vendredi 27 janvier 2017

Synge de l'ombre à la lumière

Par Christophe Candoni

Au Théâtre de La Commune d’Aubervilliers, Michel Cerda met en scène La Source des Saints, une cruelle parabole paysanne, profondément humaine et excellemment jouée....

Lire l'article sur Sceneweb

Le Figaro

Image de la critique de Le Figaro

jeudi 26 janvier 2017

L'eau et les songes

Par Armelle Heliot

Michel Cerda met en scéne La Source des saints avec une sobriété qui laisse se déployer la poésie particulière de l'écrivain irlandais. Les comédiens incarnent avec grâce des personnages rugueux et attachants. A découvrir à Aubervilliers jusqu'au 2 février....

Lire l'article sur Le Figaro

Journal La Terrasse.fr

Image de la critique de Journal La Terrasse.fr

mardi 24 janvier 2017

Irruption de l’aube

Par Anais Héluin

Avec un sens aigu de l’épure, Michel Cerda fait résonner toute la singularité de la langue de La Source des saints de l’Irlandais John Millington Synge (1871-1909), qui est aussi le sujet principal de cette pièce centrée sur l’histoire de deux mendiants aveugles....

Lire l'article sur Journal La Terrasse.fr

Médiapart - Balagan

Image de la critique de Médiapart - Balagan

lundi 23 janvier 2017

«La Source des saints», belle pièce de Synge sur l’aveuglement

Par Jean Pierre Thibaudat

C’est sur les Îles d’Aran que l’auteur irlandais Synge (1871-1909) a trouvé le sujet de plusieurs de ses pièces. Le metteur en scène Michel Cerda restitue l’ambiance, Noëlle Renaude la langue, de l’une d’entre elles, « La Source des saints », qui raconte l’histoire d’un couple d’aveugles auquel un saint veut redonner la vue. Le monde vaut-il d’être vu ?

Lire l'article sur Médiapart - Balagan

Théâtre du blog

Image de la critique de Théâtre du blog

mardi 17 janvier 2017

La réalité des temps est d’une dureté aigüe

Par Véronique Hotte

La Source des saints de John Millington Synge, texte français de Noëlle Renaude, mise en scène de Michel Cerda En 1905, John Millington Synge (1871-1909) est allé dans les Îles d’Aran, pour y apprendre le gaélique et vivre avec les paysans mais il y restera plus longtemps que prévu. Sa vie, rappelle Françoise Morvan, traductrice de son s’est organisée en deux temps : avant la rencontre avec Yeats, en 1896 à Paris ; et après, quand il décidera...

Lire l'article sur Théâtre du blog

Allegro Théâtre

Image de la critique de Allegro Théâtre

lundi 16 janvier 2017

Une succession de scènes électrisantes

Par Joshka Schidlow

De Synge (1871-1909) seule est réputée et fréquemment montée sa pièce Le baladin du monde occidental. La source des saints à laquelle s'attaque aujourd'hui Michel Cerda se situe, elle aussi, dans une Irlande paysanne où le catholicisme repose sur un fond de paganisme. Martin et Mary, tous deux aveugles, errent sur la lande et vivent de mendicité. Timmy le forgeron leur annonce qu'un saint homme est attendu dans le pays. Grâce à une eau miraculeuse il leur fera découvrir les beautés du monde. Martin est le premier a y voir. Tout à la joie dans laquelle l'a plongé le prodige, il se trompe de femme et prend la jeune et jolie Molly pour la vieille et disgracieuse Mary.

Lire l'article sur Allegro Théâtre