Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « L'Inattendu »

L'Inattendu

+ d'infos sur le texte de Fabrice Melquiot
mise en scène Mathilde Ramade

:Présentation

L'inattendu est le monologue de Liane, femme terrassée par la disparition de son amant. Elle vie terrée dans sa maison.
Au dehors on entend les coups de feu des miliciens qui font la guerre et le grondement du fleuve dans lequel son amour est mort noyé.

"J'avais vingt ans tout juste et le monde, le monde c'était quatre murs bien droits. Je m'en fichais je ne voulais pas bouger, rester sage à t'aimer toujours au même endroit..."
Liane ne croit pas à la perte de celui qu'elle aime, elle l'attend, elle lui parle alors qu'il est absent.

Le matin à son réveil, apparaissent, comme par magie, sur le parquet de sa chambre, des flacons de verre de couleurs différentes. Lorsqu'elles les ouvre et qu'elle les respire, exactement comme des fleurs, elle y trouve un souvenir d'eux, " un souvenir par couleur ". Un jour, dans un flacon terre de sienne, son amant lui écrit : " Liane, va voir le monde dehors c'est bien crade, rince toi l'oeil et tu verras ta petite peine maigrelette tu l'oubriras, elle est pas si mal la vie des araignées "
elle obéit, " l'avenir à présent c'est le malheur des autres " .

Au bout de cinq ans, Liane revient; le pont qui mène à sa maison est détruit; c'est un milicien qui lui propose sa main pour lui faire traverser la rivière.

" Liane dans sa chambre entend parfois ta voix toujours ta voix ".
L'inattendu - Editions de l'Arche

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je suis abonné(e) Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.