Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « L'Avare »

L'Avare

+ d'infos sur le texte de  Molière
mise en scène Lilo Baur

On en parle dans la presse et sur le web

L'Oeil d'Olivier

Image de la critique de L'Oeil d'Olivier

lundi 09 mai 2022

L'Avare de Lilo Baur place son argent en Suisse

Par Samuel Gleyze-Esteban

À Richelieu, Lilo Baur transpose l'Avare dans un décor de soap-opera. Une mise en scène colorée et maîtrisée, mais manquant de relief....

Lire l'article sur L'Oeil d'Olivier

LeFigaro

Image de la critique de LeFigaro

mardi 03 mai 2022

L'Avare dépoussiéré par Lilo Baur

Par Anthony Palou

Les scènes cultes s'enchaînent pendant deux heures, dans un cadre suisse post-Seconde Guerre mondiale. Grandiose!...

Lire l'article sur LeFigaro

Télérama

Image de la critique de Télérama

mercredi 27 avril 2022

Laurent Stocker, un avare si généreux à la Comédie-Française

Par Joelle Gayot

Membre de la prestigieuse institution depuis 2001, Laurent Stocker s’attelle à tous les rôles qu’on lui confie avec gourmandise. Même en endossant le costume étriqué d’Harpagon....

Lire l'article sur Télérama

Les Inrocks

Image de la critique de Les Inrocks

mercredi 20 avril 2022

Lilo Baur revisite brillamment “L’Avare” de Molière

Par Fabienne Arvers

Transformé en banquier suisse dans les années 1940, Harpagon, bienheureux, lorgne sans honte le malheur des autres. Une lecture acidulée de Molière dont Lilo Baur a le secret....

Lire l'article sur Les Inrocks

Le Monde.fr

Image de la critique de Le Monde.fr

samedi 16 avril 2022

Quatre fois Molière et un grand soir

Par Brigitte Salino

La Comédie-Française fête le 400e anniversaire de son « Patron » avec quatre nouvelles productions dont un « Avare », porté par un Laurent Stocker prodigieux....

Lire l'article sur Le Monde.fr

Gonzo Music

Image de la critique de Gonzo Music

samedi 16 avril 2022

L’Avare de Molière Harpagon chez les Helvètes

Par Jean-Christophe Mary

Dans la Suisse de l’après-guerre, Harpagon, riche banquier, vit avec ses deux enfants dans une maison cossue au bord d’un lac. Il est obsédé par l’argent. Son avarice fait obstacle aux projets amoureux de ses deux enfants : Élise, amoureuse de Valère, un gentilhomme napolitain au service de son père en qualité d’intendant...

Lire l'article sur Gonzo Music

Télérama

Image de la critique de Télérama

mardi 12 avril 2022

Voir “L’Avare” au cinéma, pour s’approcher de la magie de la scène

Par Emma Defaud

Pathé programme ce mardi soir la captation en direct de la pièce de Molière dans deux cents salles de cinéma. Une initiative qui permet au public de vivre au plus près l’expérience d’une représentation, faute d’avoir la chance de pouvoir y assister à la Comédie-Française....

Lire l'article sur Télérama

hottello

Image de la critique de hottello

dimanche 10 avril 2022

Harpagon est un banquier genevois

Par Véronique Hotte

Au bord du Lac Léman, Harpagon est un banquier genevois des années 1950, dans une Suisse où l’Europe entière a entreposé ses lingots, un actionnaire helvète enrichi sur les décombres de la Seconde Guerre mondiale et les réalités prometteuses d’une Reconstruction en chantier, tel est en une mi-temps du XX è siècle revigoré, le devenir carnassier de l’usurier originel de Molière issu de Plaute. L’Avare de Molière que met en scène Lilo Baur révèle e...

Lire l'article sur hottello

Les Echos

Image de la critique de Les Echos

vendredi 08 avril 2022

Un « Avare » hilarant à la Comédie-Française

Par Philippe Chevilley

Lilo Baur signe une mise en scène débridée et colorée de la comédie de Molière. Laurent Stocker déploie tout son génie comique dans le rôle d'Harpagon, transformé en banquier suisse teigneux. Un vent d'ivresse souffle sur la Salle Richelieu....

Lire l'article sur Les Echos

Un Fauteuil pour l'orchestre

Image de la critique de Un Fauteuil pour l'orchestre

vendredi 08 avril 2022

Harpagon chez les helvètes.

Par Denis Sanglard

Lilo Baur met en scène L’Avare qu’elle transpose après-guerre en Suisse, entre lac et montagne, un air pur qui fait étrangement tousser notre banquier, puisque tel est son métier dans cette adaptation culottée. Gazon vert rasé de frais, appartement bourgeois et une panoplie bling-bling de bon aloi, sans ostentation, avarice oblige, complète cette transposition qui inscrit dans la modernité cet Avare où l’on va jusqu’à...

Lire l'article sur Un Fauteuil pour l'orchestre

Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)