Accueil de « L'Animal imaginaire »

L'Animal imaginaire

+ d'infos sur le texte de Valère Novarina
mise en scène Valère Novarina

On en parle dans la presse et sur le web

Le Journal d'Armelle Héliot

Image de la critique de Le Journal d'Armelle Héliot

mercredi 09 octobre 2019

Valère Novarina, la transmutation par le jeu

Par Armelle Héliot

Dans son nouveau spectacle, L’Animal imaginaire, on reconnaît d’anciens textes, des images légèrement transformées. Mais certains comédiens, à commencer par Agnès Sourdillon et Manuel Le Lièvre sub…...

Lire l'article sur Le Journal d'Armelle Héliot

Crayonné au théâtre.

Image de la critique de Crayonné au théâtre.

mercredi 02 octobre 2019

(Travail de nuit)

Par Christian Drapron

Ecrivain et peintre, Valère Novarina ne conçoit pas théâtre et peinture comme des cadres donnés, architectures ou plantation de décors convenus. Il dit travailler de nuit, « à l‘aveugle », à la manière des premiers artistes de l’âge pariétal ou de Dante perdu dans la forêt obscure des mots....

Lire l'article sur Crayonné au théâtre.

Revue Etudes

Image de la critique de Revue Etudes

mardi 01 octobre 2019

Une cure d'idiotie

Par Yvon Le Scanff

Dans le « chaos géométré » de L'animal imaginaire, tout défile, tout y est passé en revue. C’est la forme même du défilé carnavalesque, du charivari libérateur, qui annonce la bonne nouvelle de l’homme renversé, de l’homme à l’envers : sa « pantinitude ». Fatrasie, sotie et cérémonie, c’est-à-dire poésie, comédie et drame tout à la fois, L’animal imaginaire est tout autant une bien éloquente « cure d’idiotie »....

Lire l'article sur Revue Etudes

Le Monde.fr

Image de la critique de Le Monde.fr

mercredi 25 septembre 2019

L’auteur Valère Novarina donne corps à la langue

Par Brigitte Salino

Valère Novarina ne fait rien comme les autres. Il arpente le langage comme on grimpe en montagne où, c’est lui qui le dit, « le paysage change à chaque pas ». Les mots changent aussi, pour peu qu’on se penche dessus, et que, à la manière de l’auteur savoyard, on les observe tels des racines de sapin ou des champignons dans la mousse. D’ordinaires, ils deviennent incongrus....

Lire l'article sur Le Monde.fr

Club de Mediapart

Image de la critique de Club de Mediapart

lundi 23 septembre 2019

« L’Animal imaginaire », dernier rouage de la noria Novarina

Par Jean-Pierre Thibaudat

Dernier épisode de l’aventure scénique de Valère Novarina, « L’Animal imaginaire » relance les dès, retrouve des textes marqueurs en les redistribuant et fraie de nouvelles pistes. Plaisirs de la réminiscence et de la découverte se conjuguent merveilleusement, le tout servi par des acteurs novarissimes....

Lire l'article sur Club de Mediapart

Toutelaculture

Image de la critique de Toutelaculture

lundi 23 septembre 2019

"L'animal Imaginaire", un chef d'oeuvre de beauté et d'intelligence

Par David Rofé-Sarfati

Valère Novarina reprend son travail de prédilection et besogne une fois de plus sa pensée sur le langage en ce qu’il dit autant qu’il fait de nos vies. Dans l’Animal Imaginaire ses comédiens brûlent les mots jusqu’à l’incandescence pour dépoussiérer la parole. Restent les corps comme des déchets… et l’humour....

Lire l'article sur Toutelaculture

lesechos.fr

Image de la critique de lesechos.fr

lundi 23 septembre 2019

« L'Animal imaginaire » : Valère Novarina et son grand cirque des mots

Par Vincent Bouquet

Valère Novarina est un obsessionnel. Un fou des mots et du langage qu'il se plaît à triturer  pour en extraire une sève nouvelle . Chez lui,......

Lire l'article sur lesechos.fr

Sceneweb

Image de la critique de Sceneweb

dimanche 22 septembre 2019

Le paradoxe Novarina

Par Caroline Châtelet

Créé au Théâtre national de la Colline, à Paris, L’Animal imaginaire de Valère Novarina prolonge le travail développé par l’artiste. Une œuvre dont la vitalité teintée de mélancolie est atténuée par des longueurs....

Lire l'article sur Sceneweb

Froggydelight.com

Image de la critique de Froggydelight.com

dimanche 22 septembre 2019

L'Animal imaginaire - magma en fusion poétique

Par Philippe Person

Si l'on connaît le théâtre de Valère Novarina, "L'Animal imaginaire" constituera une somme de près de trois heures synthétisant son travail, reprenant des éléments de ses mises en scène passées, avec utilisation de ses peintures qui constituent l'essentiel du décor et peuvent se déplacer sur scène au gré du spectacle....

Lire l'article sur Froggydelight.com