Accueil de « Kids »

Kids

+ d'infos sur le texte de Fabrice Melquiot
mise en scène Gilles Bouillon

:Note d'intention

Kids c’est d’abord un coup de coeur pour la pièce de Fabrice Melquiot, pour la musicalité et la rythmique de son écriture, pour la façon tranchante qu’il a de s’emparer de la réalité de la guerre sans tomber dans le pathos, de la tenir à distance par la fiction, le chant et la théâtralité.

Après l’aventure de Cyrano de Bergerac (une production avec 17 acteurs !), artistiquement, j’avais besoin de revenir à une écriture contemporaine, aux défis et aux espaces de liberté qu’elle offre à la mise en scène et au jeu des acteurs. Le désir d’une forme plus resserrée, autour de la troupe du Centre Dramatique. Et Kids offre de beaux rôles à défendre, denses, consistants, pour les comédiens permanents du Jeune Théâtre en Région Centre, déjà frottés aux feux de la rampe et aguerris par les quelque cent vingt représentations de Cyrano !

À la suite des kids (et le titre de la pièce fait aussi penser au film de Chaplin, l’émotion souvent inséparable du rire), Fabrice Melquiot nous invite à un jeu de théâtre qui parle de la guerre, de la vie et de la mort, de l’amour et de la haine, de l’enfance et de l’avenir.

Un théâtre en prise directe sur le public, dans une grande proximité avec les spectateurs. C’est pourquoi avec la scénographe Nathalie Holt, nous avons choisi un dispositif bi‐frontal : terrain de jeu, cerné par les regards, exposé au danger : avec les snipers être vu c’était être mort.

Une bande, une ruche. Ils sont 9. 10 avec un musicien sur scène. Qui s’emparent de ce terrain de jeu et de cette histoire (l’histoire d’une bande d’orphelins le jour de la paix à Sarajevo) : ils la jouent et la racontent, comme jouent et racontent les enfants, au conditionnel d’imagination : « Ce serait comme si », créant spontanément un effet d’étrangeté, une distance avec la réalité racontée, un va et viens entre réel et imaginaire, comme un entre‐sort de fête foraine, avec sa poésie rythmée, ses didascalies, ses songs et ses formulettes : Kids, initialement conçu comme un livret, appelle la musique et son écriture sait habiller le cri, le faire entendre dans une sorte de distanciation brechtienne, qui éclaire sans refuser l’émotion, qui allie l’humour à la dureté du constat.

Gilles Bouillon

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je me connecte Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.