Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « Juste la fin du monde »

Juste la fin du monde

+ d'infos sur le texte de Jean-Luc Lagarce
mise en scène Michel Raskine

On en parle dans la presse et sur le web

Le Figaro

Image de la critique de Le Figaro

vendredi 27 novembre 2009

Mais peuvent-ils le comprendre ?

Par Armelle Héliot

Reprise d'un spectacle qui a marqué l'entrée au répertoire du regretté Jean-Luc Lagarce et qui, mis en scène par Michel Raskine et interprété par des comédiens remarquables, en tête desquels Catherine Ferran, restitue à merveille l'écriture douloureuse et pleine d'humour de l'auteur....

Lire l'article sur Le Figaro

Image de la critique de Lemonde.fr

dimanche 25 octobre 2009

Le spectacle idéal pour découvrir Jean-Luc Lagarce

Par Fabienne Darge

« Juste la fin du monde », mis en scène par Michel Raskine, revient à la Comédie-Française, du 26 octobre au 3 janvier 2010. Un soir de mars 2008, l'ombre d'un grand jeune homme maigre s'est glissée entre les ors et les rouges de la mythique salle Richelieu, à la Comédie-Française. Et ce qu'a vu ce soir-là le fantôme de Jean-Luc Lagarce (1957-1995) a dû lui faire plaisir : le succès incroyable de sa pièce Juste la fin du monde, qui venait d'entre...

Lire l'article sur Lemonde.fr

Owl-ge.ch

Image de la critique de Owl-ge.ch

mardi 15 avril 2008

Proximité

Par Ann Schonenberg

Après un Huis clos explosif au Théâtre de la ville en ce début de saison, Michel Raskine fait un retour fracassant sur les planches parisiennes avec Juste la fin du monde de Jean-Luc Lagarce au Français. Jean-Luc Lagarce entre au répertoire de la Comédie-Française avec majesté !...

Lire l'article sur Owl-ge.ch

Un cinéphile dans la ville

Image de la critique de Un cinéphile dans la ville

samedi 15 mars 2008

Une pièce qui "fait du chagrin"

Par Hugo Brown

Louis, trente-quatre ans, est à l’aube de sa mort. Il a peur, mais il a décidé : il retournera voir sa famille. Après un très long silence ponctué de cartes postales, "petites lettres elliptiques", il parlera. Lors d’une ultime visite, il annoncera sa mort prochaine à sa mère, à sa petite sœur Suzanne, et à son frère Antoine. À la discrète Catherine, la femme de celui-ci, il parlera aussi. Mais le retour inespéré du fils aîné dans "la maison de l...

Lire l'article sur Un cinéphile dans la ville

Image de la critique de L'Express.fr

jeudi 13 mars 2008

Guide Théâtre : "Juste la fin du monde"

Par Laurence Liban

Trois raisons d'y aller voir 1. Parce que le réseau de chagrins enfantins et de rivalités fraternelles dont nous sommes faits, toutes nos amertumes d'adultes et nos tendresses tues luisent d'une lumière incomparable dans le miroir que tend Jean-Luc Lagarce. 2. Parce que le metteur en scène Michel Raskine a su...

Lire l'article sur L'Express.fr

Webtheatre

Image de la critique de Webtheatre

mardi 11 mars 2008

Jean-Luc Lagarce entre par la grande porte

Par Corinne Denailles

On ne peut que se réjouir devant le succès grandissant de l’œuvre de Jean-Luc Lagarce et l’impressionnante liste de mises en scène de ses pièces comme si on voulait se faire pardonner de n’avoir pas su reconnaître son talent de son vivant. Juste la fin du monde, peut-être l’une de ses pièces les abouties, a été mise en scène, entre autres, par Joël Jouanneau, Philippe Delaigue, Bernard Lévy Jean-Charles Mouveaux, François Berrreur. Non seulement...

Lire l'article sur Webtheatre

Image de la critique de www.liberation.fr

lundi 10 mars 2008

Ce que Lagarce veut dire

Par Gérard Lefort

Juste la fin du monde est un texte sur la grammaire. Accords, conjugaison. Sur la langue française et ses folles aventures : logiques aberrantes, exceptions formidables, règles qui ne sont des règles que pour nous taper sur les doigts. Juste la fin du monde est une pièce de théâtre qui vient de rentrer au répertoire du Français. Et c'est naturel quoique considérable, puisque Jean-Luc Lagarce est un moderne classique. Lorsqu'en 1990 il écrit Juste...

Lire l'article sur www.liberation.fr

Télérama.fr

Image de la critique de Télérama.fr

lundi 10 mars 2008

De Luc à Jean-Luc, tout un monde, foi à part.

Par Fabienne Pascaud

Dans l'Evangile selon saint Luc, le retour de l'enfant prodigue se passe bien. Pas chez Jean-Luc Lagarce (1957-1995). Chez Luc (15, 11-32), le père tue le veau gras pour fêter la réapparition du fils amaigri ; chez Jean-Luc (Juste la fin du monde, 1990), la mère demande froidement son âge à son aîné atteint du sida - et qui était justement venu annoncer sa mort prochaine - un long et lent dimanche provincial dans la maison de son enfance....

Lire l'article sur Télérama.fr

Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)