Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « Juste la fin du monde »

Juste la fin du monde

+ d'infos sur le texte de Jean-Luc Lagarce
mise en scène François Berreur

On en parle dans la presse et sur le web

Image de la critique de la Croix

mardi 11 décembre 2007

L'impossible retour de l'enfant prodigue

Par Didier Mereuze

Révélé dès le début des années 1980 par Théâtre ouvert, Jean-Luc Lagarce n'aura jamais connu que le succès d'estime que l'on accorde aux « jeunes » auteurs, pleins de promesses. Il vivait loin de Paris, créant ses textes entre deux mises en scène de Ionesco ou Molière, à Besançon, à l'enseigne du Théâtre de la Roulotte. Il aura fallu attendre son décès prématuré en 1995 (emporté par le sida, à 38 ans) pour qu'on reconnaisse la puissance de son th...

Lire l'article sur la Croix

Image de la critique de l'Humanité.fr

lundi 19 novembre 2007

Jean-Luc Lagarce tel qu'en lui-même

Par Jean-Pierre Léonardini

François Berreur a mis en scène Juste la fin du monde, de Jean-Luc Lagarce. L'amitié dans le travail partagé l'a uni à celui dont, en cette « année Lagarce », on célèbre à l'envi la mémoire, le talent profond, la riche singularité, et qui mourut du sida en 1995, à trente-huit ans à peine....

Lire l'article sur l'Humanité.fr

Image de la critique de Les Trois Coups

dimanche 21 octobre 2007

Bouleversant

Par Maud Sérusclat

À l’occasion du cinquantenaire de sa naissance, on célèbre beaucoup Jean-Luc Lagarce ces derniers temps. On en entend parler, on le commente, on se pose même la question de sa transmission scolaire. La vie de l’homme cède la place à l’œuvre, enfin. C’est dans ce contexte que je me suis rendue le 19 octobre 2007 à la représentation de « Juste la fin du monde », mise en scène par François Berreur au Nouveau Théâtre de Besançon. Une soirée saisissan...

Lire l'article sur Les Trois Coups

Image de la critique de Les Trois Coups,com

dimanche 21 octobre 2007

Bouleversant

Par Maud Sérusclat

À l’occasion du cinquantenaire de sa naissance, on célèbre beaucoup Jean-Luc Lagarce ces derniers temps. On en entend parler, on le commente, on se pose même la question de sa transmission scolaire. La vie de l’homme cède la place à l’œuvre, enfin. C’est dans ce contexte que je me suis rendue le 19 octobre 2007 à la représentation de « Juste la fin du monde », mise en scène par François Berreur au Nouveau Théâtre de Besançon...

Lire l'article sur Les Trois Coups,com

Image de la critique de Le petit bulletin

mercredi 17 octobre 2007

«L’œuvre la plus emblématique»

Par Petit Bulletin

Le metteur en scène François Berreur monte “Juste la fin du monde” de Jean-Luc Lagarce, et prolonge une histoire entamée avec son triptyque “Le Rêve de la veille”. Ici, Louis retourne dans sa famille. ...

Lire l'article sur Le petit bulletin

Image de la critique de www.liberation.fr

mardi 09 octobre 2007

«Juste la fin du monde», une apocalypse reportéee

Par Mathilde Labardonnie

Et à l'épilogue, Louis une dernière fois soliloque en narrateur de son propre désarroi. Il est reparti de chez les siens, sans avoir rien dit. Pourtant, il avait réapparu dans la maison natale - face à sa mère, sa soeur, son frère, et à la femme du frère jusqu'alors inconnue de lui - pour leur parler. Louis, l'aîné qui s'était très tôt carapaté pour devenir écrivain, le déserteur systématique de toutes les occasions familiales, avait accompli le...

Lire l'article sur www.liberation.fr

Image de la critique de http://www.liberation.fr

mardi 09 octobre 2007

Une apocalypse reportée

Par Mathilde La Bardonnie

Le dramaturge Jean-Luc Lagarce écrivit sa pièce Juste la fin du monde en 1990, temps où l'on ne savait guère maintenir en vie les malades du sida. Le personnage prénommé Louis raconte une dernière chose avant de s'effacer du paysage : cette idée qu'il a eue une nuit sur un viaduc, entre ciel et terre sous la lune, une folle envie de «pousser un grand et beau cri/ un long et joyeux cri qui résonnerait dans toute la vallée». Hurler une bonne fois....

Lire l'article sur http://www.liberation.fr

Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)