Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « Jules César »

Jules César

+ d'infos sur l'adaptation de Rodolphe Dana,
mise en scène Rodolphe Dana

:Présentation

Depuis qu’il a fondé « Les Possédés » en 2002, Rodolphe Dana a bâti une solide expérience du travail en collectif qu’il met ici à profit avec la Troupe. Il choisit avec « Jules César » une tragédie des consciences, réflexion acérée sur la rhétorique et la manipulation des masses en politique, qu’il distribue à cinq comédiennes et cinq comédiens.

Avec Jules César créé en 1599 à une heure décisive de l’histoire de l’Angleterre où règne une Elizabeth Ire aux pouvoirs élargis, Shakespeare relate l’assassinat de César en 44 avant J.-C. alors qu’il vient de conquérir la Gaule. Il condense en un seul jour les prémices et les conséquences de ce coup de force : complot des sénateurs auxquels Brutus se rallie au nom de la République romaine qu’il croit en péril, assassinat de César, discours des deux camps dans une atmosphère d’insurrection, suicides de Brutus et de Cassius laissant victorieuses les armées de Marc-Antoine et d’Octave.

C’est une « action en temps réel », relève Rodolphe Dana, qui a choisi pour sa première collaboration avec la Troupe cette tragédie romaine jamais encore jouée à la Comédie-Française. Le directeur du Théâtre de Lorient, cofondateur du collectif d’acteurs Les Possédés, est reconnu pour son habileté à faire résonner les textes avec notre monde. Il privilégie une instantanéité du jeu, avec toujours l’idée de « prospecter, creuser, interroger ce qui rend si complexe et si riche le tissu des relations humaines qui enveloppe nos existences ». Il relève ici le défi d’adapter cette pièce pour quarante personnages qu’il distribue à dix acteurs, cinq femmes et cinq hommes. Se concentrant sur la beauté de la langue de Shakespeare au service du maniement du discours politique, il dédie son théâtre de l’émotion à cette « tragédie des consciences ». Les interrogations de Brutus quant au bien-fondé de sa trahison s’opposent à la brillante rhétorique de Marc-Antoine, mettant en jeu les notions de bien commun et de responsabilité, la manipulation des mots et déjà des images.

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je suis abonné(e) Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.