Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « Juillet »

Juillet

mise en scène Lucie Berelowitsch

:Ivan Viripaev : « Le théâtre m’a sauvé d’une carrière de criminel »

Il aimerait que son théâtre « couvre toutes les histoires… pour les amener au silence ».
Ivan Viripaev est né à Irkoutsk en 1974 et a grandi dans un quartier difficile de cette ville de Sibérie orientale. « De mes amis d’enfance, plus aucun n’est en vie », dit-il, évoquant l’un mort du Sida, l’autre d’une overdose d’héroïne. « Je devenais simplement alcoolique », lance-t-il avec un humour décapant. Désormais, Ivan Viripaev ne boit pas, ne fume pas, suit un régime végétarien strict : l’auteur dramatique est devenu un ascète et le mot spiritualité est celui qu’il emploie le plus souvent.
Après avoir gagné sa vie en faisant des petits boulots, il est arrêté dans le cadre d’une affaire à main armée et condamné à un an de prison avec sursis. « Le théâtre m’a sauvé d’une carrière de criminel pour une seule et bonne raison : le banditisme et le théâtre ont deux choses en commun : le romantisme et l’escroquerie !».
Après avoir fait le conservatoire d’Irkoutsk, Viripaev fonde sa propre compagnie en 1998. En 2000, il présente à Moscou sa première pièce, Rêves, au premier Festival de théâtre documentaire. La pièce est composée de six séquences (la Beauté, la Libération, l’Amour, Dieu, Nirvana, l’Enfer) représentant six rêves de six jeunes de sa province natale, six tableaux hallucinants bercés par l’ivresse de la drogue. Le succès est immédiat. En 2001, Viripaev fonde le « Centre de la pièce nouvelle et sociale, Teatr.doc », qui créera Oxygène, montée en français au Festival Passages à Nancy en 2005 et Génèse 2 au Festival d’Avignon en 2007. Viripaev estime à une quarantaine le nombre de mises en scène de ses pièces présentées à l’étranger mais il a pris conscience qu’en Russie, il avait une autre valeur marchande, au vu de la dextérité avec laquelle les trafiquants moscovites vendaient des billets pour accéder à l’un de ses spectacles…
En Allemagne, Viripaev est considéré à la fois comme un praticien du théâtre qui écrit ses pièces pour les acteurs et sait exactement qu’un texte de théâtre ne commence à vivre que sur scène, et comme un styliste qui compose ses textes comme de la musique. Dans Génèse 2, Viripaev indique que le héros de la pièce est le texte. La langue est à la fois quotidienne et d’une violence vitale, les dialogues tragiques et comiques à la fois. « Quand j’écris une pièce, je la mets dans un tiroir et je la laisse reposer; je dois la laisser refroidir pour en rayer toute l’émotivité », confie-t-il.
Sa dernière pièce, Danse « Delhi » qui sera lue au Théâtre du Nord dans le cadre de Stations Moscou, puis créée au Théâtre de La Colline, du 4 mai au 1er juin 2011, dans une mise en scène de Galin Stoev, raconte l’histoire de six personnages dans la salle d’attente d’un hôpital....

Isabelle Demeyere
Sources : Anthologie des auteurs dramatiques européens (1945-2000) de Michel Corvin, Ed. Théâtrales (2007). Extraits de l’article du Süddeutsche Zeitung du 8 juin 2009 consacré à Ivan Viripaev.

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je suis abonné(e) Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.