Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « Je suis le vent »

Je suis le vent

+ d'infos sur le texte de Jon Fosse traduit par Terje Sinding

On en parle dans la presse et sur le web

Un Fauteuil pour l'orchestre

Image de la critique de Un Fauteuil pour l'orchestre

mercredi 16 juin 2021

Un et l’Autre sont dans un bateau. L’Un tombe à l’eau…

Par Denis Sanglard

Je suis le vent, texte de Jon Fosse ou l’histoire d’une amitié, d’une vie qui tangue et roule. Mais comme toujours avec cet auteur et comme toujours avec tgSTAN et Maatschappij Discordia, c’est un peu plus compliqué et tordu que ça. Sur cette barque suspendue entre ciel et mer que figurent deux chaises sur un plancher encombré de quelques bouteilles de bière, d’eau, d’un marteau, de cordes,...

Lire l'article sur Un Fauteuil pour l'orchestre

Les Echos

Image de la critique de Les Echos

samedi 12 juin 2021

« Je suis le vent » : la mort en pente douce

Par Philippe Chevilley

Damiaan De Schrijver (tg STAN) et Matthias de Koning (Discordia) incarnent avec intensité et humanité le duo de la pièce de Jon Fosse au Théâtre de la Bastille. Ils entraînent le spectateur dans une plongée existentielle en eaux profondes où désespoir rime avec tendresse et compassion....

Lire l'article sur Les Echos

Le Petit Rhapsode

Image de la critique de Le Petit Rhapsode

jeudi 10 juin 2021

Des mots à la mer

Par Richard Magaldi-Trichet

Pour certaines âmes, l'eau est la matière du désespoir. Cette citation de Gaston Bâchelard pourrait être en exergue du très beau texte de Jon Fosse présenté au Théâtre de la Bastille. Spectacle brut, sans vraiment de début et avec une fin comme une interrogation, Je suis le vent existe surtout par ce qui n'est pas dit et que le spectateur ne saura pas....

Lire l'article sur Le Petit Rhapsode

Club de Mediapart

Image de la critique de Club de Mediapart

jeudi 10 juin 2021

Le théâtre du Norvégien Jon Fosse parle couramment le néerlandais

Par Jean-Pierre Thibaudat

L’un des acteurs phares du tgSTAN et l’un des piliers de la troupe flamande Maatschappij Discordia, assis chacun sur une chaise, nous emmènent en bateau avec la pièce de Jon Fosse « Je suis le vent » et la complicité du public retrouvé....

Lire l'article sur Club de Mediapart

Artistikrezo

Image de la critique de Artistikrezo

jeudi 10 juin 2021

Je suis le vent : radical et charnel

Par Hélène Kuttner

Deux hommes s’embarquent sur un bateau dans une mer agitée. La tempête amène la tragédie mais Laurel et Hardy nous sauvent du désespoir. Entre Beckett et Sarraute, Jon Fosse compose une fable métaphysique ou de grands enfants jouent à se faire peur. Tg Stan et Maatschappij Discordia s’unissent au Théâtre de la Bastille pour un …...

Lire l'article sur Artistikrezo

Libération

Image de la critique de Libération

lundi 07 juin 2021

«Je suis le vent», De Schrijver et De Koning mettent les voiles

Par Anne Diatkine

Au théâtre de la Bastille, les deux acteurs des collectifs flamands TG Stan et Discordia embarquent le public avec le texte tout en subtilités et variations de Jon Fosse....

Lire l'article sur Libération

Sceneweb

Image de la critique de Sceneweb

lundi 07 juin 2021

Je suis le vent : Jon Fosse comme une évidence

Par Vincent Bouquet

Respectivement membres des collectifs tg STAN et Maatschappij Discordia, Damiaan De Schrijver et Matthias de Koning offrent à la pièce du dramaturge norvégien une limpidité et une sobriété rares. Difficile de savoir depuis combien de temps ces deux hommes sont là. D’aucuns diront cinq minutes, d’autres peut-être mille ans. Visiblement indéfectible, leur tandem est sans […]...

Lire l'article sur Sceneweb

Sceneweb

Image de la critique de Sceneweb

mardi 10 décembre 2019

Le théâtre de Jon Fosse : accepter la suspension du temps

Par Hadrien Volle

Au Théâtre Garonne, les compagnies tg Stan (Belgique) et Discordia (Pays-Bas), sont réunies derrière le visage de deux acteurs pour jouer Je suis le vent de Jon Fosse. Deux hommes (l’un et l’autre), sont réunis dans un dialogue mystérieux, sans but, dans une situation où le temps ne semble pas exister. Est-ce caractéristique du théâtre de Fosse ?...

Lire l'article sur Sceneweb

Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)