Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « J'arriverai par l'ascenseur de 22h43 »

J'arriverai par l'ascenseur de 22h43

mise en scène Lorenzo Malaguerra

:Mot du metteur en scène

Nous ne racontons pas ici l’histoire du fan de Thiéfaine assistant à tous ses concerts, guettant au pied de son hôtel l’arrivée de la star ou cherchant désespérément, le stylo à la main, à obtenir une griffe sur un magazinefroissé. Le problème du fan est toujours le même : effacer sa vie en se projetant totalement dans celle d’un autre. Et de cela, il est difficile d’en tirer quelque chose qui dépasse le cliché, qui ne soit pas l’histoire d’un type pathétique. Le spectacle de Philippe Soltermann appartient plutôt à ce que j’appellerais une plongée poétique au centre de soi-même. Bien que sa passion pour Hubert-Félix Thiéfaine soit bien réelle, elle est avant tout le point de départ d’une introspection menée sur le mode apparent de l’association libre, convoquant à la fois les détails les plus anodins de la vie quotidienne comme la parole des grands poètes, dressant par là un tableau du monde aujourd’hui qui dépasse de loin l’anecdote. Le travail que nous menons ensemble portera sur le fait de se jouer soi-même, de réussir à flirter entre soi et l’acteur qui joue, entre la banalité du quotidien, une certaine nonchalance et les excès que nous vivons tous dans la solitude de notre cerveau. L’écriture de Soltermann possède cette sincérité que l’acteur Soltermann devra aller chercher au fond de lui-même et partager avec le public dans une forme de soliloque que nous souhaitons étrange, drôle et tragique.

Lorenzo Malaguerra

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je suis abonné(e) Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.