Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « Italienne scène et orchestre »

Italienne scène et orchestre


:Présentation

Une italienne, dans le langage de l’opéra, est cette répétition où, pour la première fois, chanteurs et orchestre se confrontent. Une salle à l’italienne, ce sont les ors, les velours, les loges d’où l’on voit sans être vu. C’est dire si ce spectacle de Jean-François Sivadier est à sa place à l’Opéra Comédie. Spectacle précieux comme un pianissimo de soprano, spectacle rare : bien que souvent joué depuis sa création il y a vingt ans, il n’a été vu que par peu de spectateurs.

Et pour cause : Sivadier place le public, d’abord sur la scène, à l’endroit où se tient le chœur, puis dans la fosse, là où s’installe l’orchestre. La salle, elle, reste vide. Et ce sont ainsi quelques dizaines de spectateurs qui suivent, in vivo en quelque sorte, une répétition de la Traviata. Passent tour à tour la diva, le chef d’orchestre, le metteur en scène, la pianiste, le ténor. Le spectateur-choriste, le spectateur-musicien observe : même l’expression «aux premières loges» perd ici de son sens puisqu’il est au cœur de l’action.

Un regard amoureusement ironique sur l’opéra, un spectacle délicat comme une aria, une réflexion sur tout ce que peut être une création artistique : musique, maestro !

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je suis abonné(e) Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.