Accueil de « Inflammation du verbe vivre »

Inflammation du verbe vivre

+ d'infos sur le texte de Wajdi Mouawad
mise en scène Wajdi Mouawad

On en parle dans la presse et sur le web

.lelitteraire.com

Image de la critique de .lelitteraire.com

jeudi 29 novembre 2018

Une fra­gile thé­ra­pie métaphysique

Par Chris­tophe Gio­lito & Manon Pouliot

Wajdi Moua­wad appa­raît, natu­rel, consi­dé­rant le public d’un air inter­lo­qué, puis concerné. Le pro­pos limi­naire a les airs d’une confes­sion : « Si je me sou­viens bien… »...

Lire l'article sur .lelitteraire.com

L'Humanité

Image de la critique de L'Humanité

lundi 26 novembre 2018

L’homme est son propre chien

Par Charles Silvestre

Wajdi Mouawad, à la recherche du continent perdu des dieux, retombe sur l’inflammation grecque. Un parcours comme une quête urgente....

Lire l'article sur L'Humanité

Artistikrezo

Image de la critique de Artistikrezo

samedi 24 novembre 2018

Wajdi Mouawad enflamme le verbe à la Colline

Par Hélène Kuttner

Sous les traits de son alter ego, l’auteur-acteur-metteur en scène nous propose une véritable épopée sur les traces de Philoctète et d’Oedipe à Colone, en Grèce, alors que son complice et poète Robert Davreu vient de mourir sans avoir achevé toutes ses traductions de Sophocle. Seul comme Ulysse, il part et traverse l’écran pour unir …...

Lire l'article sur Artistikrezo

La Croix

Image de la critique de La Croix

vendredi 23 novembre 2018

Wajdi Mouawad : « Le théâtre est une forme d’attentat »

Par Nathalie Sarthou-Lajus

Le directeur du Théâtre national de La Colline, à Paris, écrit, met en scène et joue. Inflammation du verbe vivre et Tous des oiseaux sont cet automne à l’affiche de la salle parisienne. Il explique comment les tragédies grecques nous aident à comprendre celles du monde contemporain...

Lire l'article sur La Croix

Libération.fr

Image de la critique de Libération.fr

jeudi 22 novembre 2018

Wajdi Mouawad, échec et maîtres

Par Anne Diatkine

Marqué par la mort de Robert Davreu, son traducteur attitré des pièces de Sophocle, l’auteur, acteur et directeur de la Colline invite à une dérive poétique sur la perte....

Lire l'article sur Libération.fr

La Croix

Image de la critique de La Croix

lundi 19 novembre 2018

« Inflammation du verbe vivre », revenir à la vie par la tragédie

Par Nathalie Sarthou-Lajus

L’écrivain et metteur en scène Wajdi Mouawad interprète au théâtre de La Colline sa pièce « Inflammation du verbe vivre »....

Lire l'article sur La Croix

critiquetheatreclau.com

Image de la critique de critiquetheatreclau.com

dimanche 18 novembre 2018

"Inflammation du verbe vivre", un monde peuplé de Philoctète

Par arrazatclau

Wahid nous parle du monde contemporain, d’hommes oubliés, démunis, souffrants, un monde peuplé de Philoctète. Mais il nous parle aussi d’amour, amour du théâtre, de la poésie et de la vie. C’est magnifique, profond, poétique, plein de vérité. C’est bouleversant....

Lire l'article sur critiquetheatreclau.com

Télérama.fr

Image de la critique de Télérama.fr

jeudi 15 novembre 2018

Wajdi Mouawad, un tragédien moderne

Par Joëlle Gayot

Dans notre monde tout noir ou tout blanc, l’auteur Wajdi Mouawad manie la nuance, la métaphore, et se réfugie dans les dédales des textes antiques....

Lire l'article sur Télérama.fr

Théâtrorama

Image de la critique de Théâtrorama

mercredi 14 novembre 2018

Inflammation du verbe vivre - Se poser sur un rivage

Par Dany Toubiana

Inflammation du verbe vivre, au Théâtre de La Colline. Wajdi Mouawad revient à cet exercice qu'il reprend à intervalles réguliers : une pièce qu'il interprète, écrit et met en scène...

Lire l'article sur Théâtrorama

Club de Mediapart

Image de la critique de Club de Mediapart

lundi 12 novembre 2018

Wajdi Mouawad, seul en scène mais filmé avec ses fantômes.

Par Jean-Pierre Thibaudat

Au théâtre, les morts n’ont pas besoin de commémoration. C’est table ouverte tous les soirs. Au Théâtre de la Colline, les morts vont même jusqu’à jouer les metteurs en scène. C’est ce que l’on observe dans la petite salle avec Anaïs Allais, en scène avec deux acteurs, et dans la grande salle avec le maître des lieux, Wajdi Mouawad, seul en scène mais filmé avec ses fantômes....

Lire l'article sur Club de Mediapart