Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « Infini »

Infini

Boris Charmatz (Chorégraphie)

On en parle dans la presse et sur le web

I/O Gazette

Image de la critique de I/O Gazette

mardi 17 septembre 2019

Au bout du compte

Par Florence Filippi

En découvrant « Infini », au titre plein de promesses, on espère retrouver le Boris Charmatz d’« Enfant » et de « 10 000 gestes ». Mais ce sont mille et un comptes qu’il nous livre ici. Un exercice de style fastidieux qui laisse le spectateur sur sa « fin ». Dans un flux continu, la pièce interroge la logique des nombres et leur retour......

Lire l'article sur I/O Gazette

Un fauteuil pour l'orchestre

Image de la critique de Un fauteuil pour l'orchestre

jeudi 12 septembre 2019

L’infini du geste

Par Denis Sanglard

Boris Charmatz continue d’explorer inlassablement le geste. L’infini du geste, ses possibilités, ses impossibilités, son abstraction, son signifiant, son signifié. Ce qui fait signe enfin jusqu’à la contradiction. De zéro à l’infini, en un long décompte, à l’endroit, à l’envers, les danseurs égrènent les nombres qui agrègent le groupe et le disloquent alternativement. Les corps fusionnent, ensemble et séparément dessinent une mathématique abstrai...

Lire l'article sur Un fauteuil pour l'orchestre

Sceneweb

Image de la critique de Sceneweb

mercredi 11 septembre 2019

Boris Charmatz vers l’Infini et au-delà

Par Christophe Candoni

Tumultueuse et roborative, Infini de Boris Charmatz interroge avec urgence et vertige notre rapport au temps et à sa grandeur. Créée à Montpellier Danse, la pièce est programmée au Festival d’Automne....

Lire l'article sur Sceneweb

Libération.fr

Image de la critique de Libération.fr

dimanche 07 juillet 2019

Boris Charmatz, le décompte est bon

Par Ève Beauvallet

En avant-première à Montpellier Danse, le chorégraphe a présenté «Infini», un voyage temporel qui associe dates et affects....

Lire l'article sur Libération.fr

Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)