Quelques thèmes - Incendies - Wajdi Mouawad, - mise en scène David Strosberg, - theatre-contemporain.net
Accueil de « Incendies »

Incendies

+ d'infos sur le texte de Wajdi Mouawad
mise en scène David Strosberg

:Quelques thèmes

- Le passage de l’enfance à la maturité. Les parcours initiatiques, les moments de passage, les actes symboliques de transmission. Les pertes, deuils et croissances successifs. La fin de l’idéalisation des figures parentales. L’accès à la lucidité, à la connaissance. La compréhension du monde est un non-retour absolu, une douleur éternelle (« l’enfance est un couteau planté dans la gorge »).

- L’éducation, la culture, l’apprentissage « des lettres et des chiffres » pour sortir de la misère, de l’ignorance, de l’aliénation, de l’enchaînement des violences toujours recommencées. La lutte de l’intelligence contre la tentation de la violence vengeresse. La force de pacification de l’accès à la symbolisation (mettre en mots, écrire, parler, créer, peindre…). (« Et si seuls les mots pouvaient arracher ce couteau sanglant et ainsi calmer la brûlure ? »)

- Le poids et les richesses des traditions. Hommes et femmes devant les traditions, face aux préjugés. Dettes et promesses aux ancêtres, aux parents, au pays d’origine. Devoir de réparation, de vengeance, de continuation, de retour.

- Le jugement des criminels de guerre. Les grands tribunaux internationaux. Le pardon. La réconciliation. La mémoire des crimes, la nécessité de dénoncer, d’appeler les choses par leur nom. La parole libérée permet une reconstruction. (« Le seul pouvoir que j’ai c’est de nommer les choses et de lever ainsi les tabous »)

- L’Histoire et sa construction. Lorsqu’une certaine mémoire enferme les individus et les communautés dans une version du passé promue au rang de vérité historique. Y a-t’il une vérité historique ? Dans le récit d’un conflit, jusqu’où faut-il remonter dans le temps pour pointer l’origine ? (L’étude du très long conflit israélo-palestinien est à ce titre exemplaire).

- La question précédente, qui est celle du point de vue, se pose également quant à notre manière d’observer nos proches, notre famille, notre milieu : que se passe-t-il si nous faisons l’exercice de changer d’axe, d’observer d’un autre angle (ce qui revient, selon une très poétique géométrie de nos relations fournie par Mouawad, à changer de place à l’intérieur d’un polygone dans lequel nous n’avions jamais bougé !)

Et beaucoup de questions :
Entre oubli et mémoire, comment construire sa vie ?
Doit-on savoir d’où l’on vient pour savoir où l’on va ?
Naissons-nous plusieurs fois ?