Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « In Vitro 09 »

In Vitro 09

Raquel Rache de Andrade (Mise en scène), Guy Carrara (Mise en scène)


:Note d'intention

Pour l’édition du scénario « In Vitro »

Le 5 juillet 1996, les chercheurs du "Roslin Institute" à Edinburgh annonçaient la naissance du premier mammifère cloné à partir de cellules adultes, la brebis « Dolly ».

J’ai été un spectateur passionné par les réactions des journalistes, des scientifiques et des philosophes à cet événement.

J’ai alors décidé d’écrire un scénario pour la création d’un spectacle de cirque en imaginant des clonages ratés dans un laboratoire clandestin. Ces clones donnent naissance a des êtres hybrides mi hommes mi animaux, premiers clones humains qui tentent d’échapper à leur étrange créateur.

C’est une sorte de parodie métaphorique entre effets burlesques et intentions satiriques dans laquelle le monde de la création artistique dans le domaine des Arts du Cirque est un peu ce laboratoire clandestin. Les êtres mi-hommes, mi-animaux sont les artistes de cirque à qui l’on demande d’être des artistes de plus en plus complets, sensibles, intelligents et performants.

C’est aussi une charge contre l’enfermement, contre toutes les tyrannies et le rappel de la nécessité du contrôle de la recherche scientifique qui ne peut être seulement régulée par les lois du marché.

Alors que la plupart des brebis vivent entre 11 et 12 ans, Dolly est morte à 6 ans et demi après avoir commencé à manifester des maladies souvent associées à la vieillesse dès l'âge de 5 ans 1/2.

Je ne savais pas au moment de l’écriture du scénario que « Dolly » finirait ainsi.
Puisque la réalité rattrape parfois la fiction et pour continuer la comparaison sur le mode de la parodie métaphorique : l’artiste de cirque vieillit lui aussi rapidement (en terme de compétitivité physique) et il me semble nécessaire que lorsqu’il démarre sa formation, il sache déjà qu’il bénéficiera au terme de sa carrière après un certain nombre d’années d’activités professionnelles (à définir) d’une formation de plusieurs années dans le domaine de son choix pour sa reconversion totalement prise en charge par les organismes sociaux.

Nos « laboratoires de formation » : les écoles de cirque en pleine évolution doivent permettre l’éclosion de ces nouveaux talents fort d’un potentiel au caractère multiple en préservant leur singularité et en développant leur capacité à préserver leur intégrité physique le plus longtemps possible.

L’artiste de cirque n’est pas un gladiateur que l’on sacrifie et remplace au jour le jour par une créature plus compétitive sortie du « laboratoire ».

Des élèves fraîchement sortis du centre National des Arts du Cirque de Châlon en Champagne ont donc participé à la création en 1999 de In Vitro ou la légende des clones : Fanny Soriano, Mathias Tiberghien, Sylvain Décure, Damien Fournier, Dirk Schambacher. D’autres élèves du CNAC des promotions suivantes ont également joué dans ce spectacle au cours de remplacements : Luciane Vivas Costa, Gaëtan Levêque, Cyril Musy, Julien Lambert, Alexandre Oleac, Johann Durand.

Processus d’écriture et de création

J’ai écrit ce scénario en 1997. Elise Bouffel a alors réalisé les dessins du scénario.
J’ai constitué l’équipe artistique en 1998.
Les répétitions ont eut lieu en 1999 jusqu’au jour de la première, le 19 octobre 1999, au Carré Magique de Lannion.

Au cours des recherches et improvisations réalisées à partir du scénario avec l’équipe artistique constituée, une réécriture du projet s’est progressivement élaborée tout au long de l’élaboration de la mise en scène et de la réalisation de la scénographie.

François Cervantès auteur-metteur en scène de la Compagnie l’Entreprise m’a rejoint pour m’assister à la direction d’acteur. Il est l’auteur des textes du personnage de la vieille femme. Personnage qui n’existait pas dans le scénario d’origine et que l’on peut voir dans la captation du spectacle.

La captation filmée du spectacle a été réalisée le jour de sa trentième représentation. Elle a au lieu à Avignon en Juillet 2000.

Le scénario est l’écriture préalable de l’oeuvre, la captation en est l’écriture de restitution.

L’écriture préalable participe au processus de création et à la réalisation de l’oeuvre.
Cette écriture formalise l’outil qui permettra la communication entre les partenaires de la création (metteur en scène, compositeur, décorateur, concepteur lumière, vidéaste, artistes, techniciens, …). Dans le cas de spectacle impliquant un grand nombre de participants en amont de la création, cet écrit de référence est indispensable.

L’écriture de restitution est utile à la transmission de l’oeuvre et à la constitution d’un répertoire. Cela peut être une transcription de l’oeuvre déjà réalisée, décrite et commentée, ou simplement une captation vidéo, qui montre la réalisation effectuée.

Les écritures du cirque sont multiples et composites et on peut comparer l’évolution de cette écriture à celle du cinéma qui a, pendant de nombreuses années, emprunté à d’autres arts les signes graphiques de son écriture. Il a utilisé divers moyens puis progressivement l’écriture cinématographique s’est imposée avec les techniques et les formes adaptées à ses réalités et son époque (synopsis, scénario, story-board, dialogues…).

Plus la construction des compositions graphiques est élaborée et permet la réalisation d’oeuvres originales, plus la notion d’écriture des arts du cirque progresse comme moyen et comme finalité esthétique.

Le cirque contemporain a environ trente ans et compose encore son expression graphique de manières variées et non établies. On peut imaginer qu’il inventera des techniques et des formes d’écriture adaptées à son évolution…

Guy Carrara

19 septembre 2007

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je suis abonné(e) Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.