Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « François d'Assise »

François d'Assise

mise en scène Adel Hakim

:Quel théâtre pour François d’Assise?

Peut-on représenter François d’Assise dans un théâtre fermé? François a besoin de la nature, des arbres, des sensations de l’air, du fumier, des fleurs, de l’herbe, de la rondeur des filles, du grondement du tonnerre et de la caresse de la pluie pour exister.

Alors dans un théâtre fermé, comment reproduire cela?

Le pari est risqué.

Bien sûr, il y a les mots de Joseph Delteil. Foisonnants, jaculatoires, ils éveillent les sensations.

Et puis, il y a le théâtre lui-même. Avec ses effets. Tout simples. Si pauvres comparés à la Nature. «Pauvreté», «simplicité», voilà des mots à la Saint-François. Le théâtre est le lieu où une ampoule colorée évoquera la fête; où la même ampoule, cassée, évoquera la tragédie ou la mort; où une musique racontera un pays, un bout de tissu, le ciel, un projecteur de 500 watts, la lune, quelques poignées de sable, la plage.

Le théâtre est un lieu où l’émerveillement est possible. Comparable à l’émerveillement de François devant la nature. Enfance, croyance, voyance. Pas étonnant alors qu’un acteur puisse parler aux oiseaux. Et que ces oiseaux soient les spectateurs. Question de foi, de conviction.

Un jeune homme est là – saint ou acteur, peu importe – et il a quelque chose à dire. Des gens viennent, écoutent. Ils peuvent rester ou partir, adhérer ou s’irriter, applaudir ou huer.

Ici, pas de message, pas de prêche, pas de provocation. Juste un moment de vie, fou et joyeux, une vision sur les choses, un rire ensemble, une larme versée, une question posée à propos de la mort, un plaisir partagé quant à l’existence physique des corps, de l’amour, de la sensualité.

L’expérience mystique, c’est quoi?

Un développement suraigu de l’imaginaire, développement si puissant que les visions deviennent réalité, que la parole devient chair.

La vision mentale – mais précise – des plaies du Christ sur sa croix produit les stigmates.

Imaginaire et physique. Comme l’acteur.

Tout cela dans le but de glorifier la mort tout en l’exorcisant. La faire cohabiter avec la vie.

Il y a décidément du modèle pour les gens de théâtre dans François d’Assise.

Adel Hakim

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je suis abonné(e) Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.