Accueil de « Forbidden di sporgersi »

Forbidden di sporgersi

Marguerite Bordat (Conception), Pierre Meunier (Conception)

On en parle dans la presse et sur le web

Attractions Visuelles

Image de la critique de Attractions Visuelles

samedi 25 février 2017

Ecarts de voix

Par Karminhaka

De Babouillec, jeune femme autiste dépourvue d'expression verbale, le public a pris connaissance avec "Dernières nouvelles du cosmos", le documentaire de Julie Bertucelli. Œuvre sensible, axée sur une pleine présence de la jeune femme, dont on pouvait cependant regretter que l'intention artistique n'élargissait pas la perspective sur un champ historique. On comprend cependant que Julie Bertucelli ait cherché à éviter l'écueil d'une approche...

Lire l'article sur Attractions Visuelles

Image de la critique de Le Monde.fr

vendredi 17 juillet 2015

Un « Forbidden » très recommandé

Par Fabienne Darge

En mettant en scène le texte d’une jeune autiste dénuée de parole, Pierre Meunier orchestre l’un des spectacles les plus émouvants de cette édition du Festival....

Lire l'article sur Le Monde.fr

L'insensé-Scène

Image de la critique de L'insensé-Scène

jeudi 16 juillet 2015

Une danse de matières

Par Malte Schwind

Une écriture du plateau à partir du texte Algorithme éponyme de Babouillec autiste sans paroles. Une musique qui fait danser la matière inanimée avec le vivant, le fer avec les mots, le plastique avec la chair.

Lire l'article sur L'insensé-Scène

Image de la critique de Télérama

jeudi 16 juillet 2015

“Forbidden di sporgersi” met en mots la poétesse autiste Babouillec

Par Emmanuelle Bouchez

Créée par Pierre Meunier et Marguerite Bordat, cette pièce électrique fait écho au texte “Algorithme éponyme” de Babouillec, alias Hélène Nicole. Une plongée puissante et onirique dans la psyché d'une jeune autiste sans parole....

Lire l'article sur Télérama

Image de la critique de www.lamontagne.fr

mardi 24 février 2015

Pierre Meunier anime les mots d’une autiste

Par Pierre-Olivier Febvret

Un spectacle né de sa rencontre avec une jeune autiste, Barbouillec, qui écrit dans une langue puissante et physique. Comment êtes-vous rentré en relation avec Babouillec ? C'est le fruit du hasard, en préparant un précédent spectacle qui avait pour thème la fabrication de la parole. J'étais allé dans un centre de jeunes autistes. Et j'ai lu pour la première fois ses textes qui m'ont littéralement stupéfié....

Lire l'article sur www.lamontagne.fr