theatre-contemporain.net

Accueil de « Face à la mère »

Face à la mère

mise en scène Alexandra Tobelaim

:Pièce (dé)montée

Un dossier réalisé par

Marion Chopinet, enseignante histoire-géographie et théâtre, lycée Antonin-Artaud, Marseille
Isabelle Rainaldi, enseignante anglais et théâtre, lycée Antonin-Artaud, Marseille

Edito

Face à la mère a été créé pour la première fois par l’auteur lui-même, Jean- René Lemoine, en 2006, à Bobigny. Comédien et metteur en scène, Jean-René Lemoine est un « auteur-monde », né à Haïti, qui passe son enfance au Zaïre, son adolescence en Belgique, se forme en Italie avant de s’installer à Paris. Face à la mère convoque le souvenir douloureux de cette enfance et de cette mère dont on apprend dès les premières pages qu’elle est morte assassinée. Au départ conçu comme un « seul en scène », l’auteur précise cependant que le texte peut se monter à deux ou trois voix. Tel est le défi relevé par la met- teuse en scène Alexandra Tobelaim: monter ce texte avec trois comédiens et trois musiciens. Issue de l’ERACM (École régionale d’acteurs de Cannes et de Marseille), elle se forme à la direction d’acteurs aux côtés de Jean-Pierre Vincent, qu’elle assiste à la mise en scène, et de Hubert Colas. En parallèle, elle fonde la compagnie Tandaim en 1998 pour monter ses propres spectacles, qui disent sa recherche d’un rapport singulier avec le public. Le travail qu’elle a entrepris avec cette création mêle à la fois musique et texte choral.

Alexandra Tobelaim découvre l’écriture de Jean-René Lemoine à travers une courte pièce, Atlantides. Elle dit avoir été séduite par « son écriture qui invente les contours d’un monde qui ne ressemble à aucun autre. Elle est poétique et elle semble parfois sortie d’un autre temps, d’une époque révolue qui s’échoue dans la nôtre pour réveiller des mythologies nouvelles ». On y ressent « une quête des sonorités sans jamais abandonner le sens ».

Il s’agit dans ce dossier de donner aux enseignants et à leurs élèves des élé- ments leur permettant d’entrer dans la musicalité des mots de Jean-René Lemoine et d’expérimenter une partie de la démarche de la compagnie Tandaim, dans leur souhait de faire entendre cette parole, d’y inscrire leur propre musique et de trouver peut-être, par-delà la représentation, une forme d’apaisement et de réconciliation.

Sommaire

Avant de voir le spectacle, la représentation en appétit

  • Un monologue à trois voix
  • Un dialogue entre les mots et la musique
  • Un voyage au cœur de l’intime
  • Pour aller plus loin