Accueil de « Erik Satie - Mémoires d'un amnésique »

Erik Satie - Mémoires d'un amnésique

+ d'infos sur le texte de Agathe Mélinand
mise en scène Agathe Mélinand

On en parle dans la presse et sur le web

Image de la critique de danslateteduspectateur.fr

vendredi 12 décembre 2014

« SatieErik » ?

Par Saad

« SatieErik » ? Difficile de ne pas saisir la perche tendue par ce jeu de mots suggéré parmi d’autres à la fin de ce spectacle aussi lisse que soporifique. « SatieErik » est en effet le ton que je ne saurai réprimer pour le bref compte rendu qui suit....

Lire l'article sur danslateteduspectateur.fr

Image de la critique de lexpress.fr

dimanche 23 novembre 2014

sans mièvrerie dans la tête du compositeur.

Par Lauence Liban

Pour évoquer Erik Satie, il fallait bien l'esprit aussi joueur que pratique d'Agathe Mélinand. Escortée de quatre comédiens et de deux pianistes, elle s'introduit sans mièvrerie dans la tête du compositeur....

Lire l'article sur lexpress.fr

Image de la critique de l'Artichaut

mercredi 12 novembre 2014

E‰clectik Erik

Par Valère Clauzel

Satie aura tout fait dans sa vie. Ecrire de la musique, écrire des poèmes, fréquenter le Chat Noir et habiter Arcueil. Agathe Mélinand, co-directrice du Théâtre National de Toulouse, nous offre un spectacle tout en légèreté, pour Satie, sur Satie, par Satie. Au TGP de Saint-Denis, jusqu’au 24 novembre, tout est Satie : la musique et les mots....

Lire l'article sur l'Artichaut

Image de la critique de Le grand théâtre du monde

mardi 11 novembre 2014

Un objet d'une perfection formelle…

Par Armelle Heliot

Au Théâtre Gérard-Philipe de Saint-Denis, Agathe Mélinand présente une évocation en musique, en images et en jeu de la vie du compositeur si attachant. Un objet d'une perfection formelle…...

Lire l'article sur Le grand théâtre du monde

Image de la critique de Le Monde.fr

mercredi 05 novembre 2014

Eloge du « satisme »

Par Pierre Gervasoni

Vêtu comme un notaire anonyme, avec chapeau melon et habit noir, Erik Satie (1866-1925) fut en réalité le scribe d’une musique hautement subversive. Le compositeur ne cultivait pas le paradoxe ; il l’incarnait. Le spectacle pince-sans-rire que lui consacre Agathe Mélinand en rend compte dès son titre. Mémoires d’un amnésique se présente comme « un petit opéra-comique sans lyrics »....

Lire l'article sur Le Monde.fr