theatre-contemporain.net

Accueil de « Dix histoires au milieu de nulle part »

Dix histoires au milieu de nulle part

mise en scène Stéphanie Loïk

Holybuzz

:L’évocation presque onirique de cauchemars

Par Pierre François
publié le 2017-11-08

Comment ne pas s’extasier – une fois de plus – devant le second volet de l’adaptation de « La Fin de l’homme rouge », ce roman-reportage de Svetlana Alexievitch – prix Nobel de littérature en 2015 – que Stéphanie Loïk a adapté au même titre que ses quatre autres documents ? Impossible !

Lien vers l'article :

On en parle dans la presse et sur le web

THEATRE AU VENT

Image de la critique de THEATRE AU VENT

lundi 11 décembre 2017

Dans son bec un message, un rêve de paix

Par Evelyne Trân

La Russie, un peuple comme un grand corps, ses muscles, ses artères, ses poumons, ses racines, son cœur. Cette réalité si complexe, Svetlana

Lire l'article sur THEATRE AU VENT

Théâtre du blog

Image de la critique de Théâtre du blog

mardi 31 octobre 2017

Un récit poignant et poétique

Par Mireille Davidovici

“Je pose des questions, non sur le socialisme mais sur l’amour, la jalousie, l’enfance, la vieillesse, écrit Svetlana Alexievitch. L’histoire ne s’intéresse qu’aux faits; les émotions, elles, restent toujours en marge. Moi, je regarde le monde avec les yeux d’une littéraire et non d’une historienne. » Arm...

Lire l'article sur Théâtre du blog

Sceneweb

Image de la critique de Sceneweb

vendredi 27 octobre 2017

Stéphanie Loïk raconte la Russie d'aujourd'hui dans son diptyque d'après Svetlana Alexievitch

Par Stéphane Capron

Voyage sensoriel dans l’œuvre de Svetlana Alexievitch : Un théâtre sans fioriture, qui nécessite une concentration extrême pour les interprètes, à la fois comédiens, danseurs, circassiens, chanteurs : ils forment un chœur moderne éclatant....

Lire l'article sur Sceneweb

Reg'Arts

Image de la critique de Reg'Arts

jeudi 26 octobre 2017

Dix histoires au milieu de nulle part

Par Bruno Fougniès

Des frissons qui naissent autant des histoires tragiques racontées que de la beauté pure des chorégraphies, du jeu et des chants des trois comédiennes et des trois comédiens....

Lire l'article sur Reg'Arts