Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « Démons »

Démons

mise en scène Marcial Di Fonzo Bo

On en parle dans la presse et sur le web

Image de la critique de Libération

jeudi 24 septembre 2015

Pourquoi ce Démons bicéphale ?

Par Gilles Renault

Marcial di Fonzo Bo dirige une double adaptation de «Démons» de Lars Norén, au théâtre et en téléfilm. Rencontre. Si quelqu’un a une rentrée chargée, c’est bien Marcial di Fonzo Bo, un pied en Normandie, l’autre à Paris et bientôt à la télé. A peine le metteur en scène et comédien français a-t-il eu le temps de présenter sa saison à la Comédie de Caen, dont il a pris la tête en janvier, qu’il...

Lire l'article sur Libération

Image de la critique de LeJDD.fr

mardi 22 septembre 2015

La danse de mort

Par Annie Chénieux

Qui sont-ils ces Démons de Lars Norén? Le couple formé par Frank et Katarina? Ceux qui les habitent et les dévorent de l’intérieur? Des décennies après La danse de mort de Strindberg, revoici l’enfer du couple à la suédoise, version Norén. Un appartement chic, à l’image de ses occupants, jeunes, beaux, aisés, qui ne se supportent plus et pourtant indissociables, qui jouent à se faire mal pour voir jusqu’où ils peuvent aller, continuer à exister....

Lire l'article sur LeJDD.fr

Image de la critique de lesechos.fr

jeudi 17 septembre 2015

Quelle implosion - du couple et de l'amour…

Par Philippe Chevilley

Le fardeau des habitudes, la lassitude sexuelle, la haine de l'autre combinée à la peur de rester seul (ni avec toi ni sans toi) : « Démons », pièce du Suédois Lars Norén datée de 1981, n'a rien perdu de sa force corrosive. L'histoire de ce couple mortifère, Frank et Katarina, qui « contamine » ses jeunes voisins, Jenna et Tomas, les entraînant dans sa chute, s'avère plus que jamais une redoutable machi...

Lire l'article sur lesechos.fr

Image de la critique de Théâtre du blog

jeudi 17 septembre 2015

Lars Norén sait habilement utiliser l’effet miroir

Par Philippe du Vignal

Démons de Lars Norén, traduction de Louis-Charles Sirjacq avec Per Nygren, mise en scène de Marcial di Fonzo Bo La pièce date de 1984, et fait partie d'une trilogie de Lars Norén qui a pour thème la mort et le deuil de la mère. Franck et Katarina vivent depuis neuf ans ensemble dans un bel appartement. Ils n'ont pas d'enfants. Un soir, il revient avec un sac plastique contenant l'urne des cendres de sa mère qu'il dépose négligemment sur la co...

Lire l'article sur Théâtre du blog

Image de la critique de Le Monde.fr

mercredi 16 septembre 2015

« Démons » à l’épreuve de la scène et de l’écran

Par Brigitte Salino

Marcial Di Fonzo Bo dirige deux fois la pièce du Suédois Lars Noren, au Théâtre du Rond-Point et pour Arte....

Lire l'article sur Le Monde.fr

Image de la critique de PublikArt

mardi 15 septembre 2015

L’écriture féroce et incisive de Lars Norén

Par Amaury Jacquet

Frank (Romain Duris) et Katarina (Marina Foïs) s’aiment mais ne peuvent plus se supporter. « Ou je te tue ou tu me tues, on se sépare ou on continue comme ça. Choisis ! » dit-elle. « Je ne peux pas choisir. Choisis, toi », répond Frank. Ils ne choisiront pas mais inviteront pour la soirée leurs voisins, un jeune couple moins installé financièrement qu’eux et

Lire l'article sur PublikArt

Image de la critique de Le Figaro

lundi 14 septembre 2015

Ces «Démons» diablement compliqués

Par Armelle Héliot

Étrange et éloquente est la première réaction de ceux qui ne connaissaient pas la pièce de Lars Noren, Démons. Ils sortent du Rond-Point en disant qu'ils ont pensé à Qui a peur de Virginia Woolf ? d'Edward Albee. En commun? Deux couples. L'un a l'autorité, la maturité intellectuelle, amoureuse, sexuelle, sociétale. C'est celui formé par ......

Lire l'article sur Le Figaro

Image de la critique de Un fauteuil pour l'orchestre

lundi 14 septembre 2015

L’amour usé, et l’amour petit.

Par Victoria Fourel

L’amour usé, et l’amour petit. Ces deux-là se rencontrent et se percutent quand Katarina et Frank prennent un jeune couple fragile à partie dans leur lente destruction. Dans le froid d’un intérieur moderne sont lancés, racontés et ressassés les vices du couple. Dans cette mise en scène de Marcial Di Fonzo Bo se joue le destin des...

Lire l'article sur Un fauteuil pour l'orchestre

Image de la critique de hottello

vendredi 11 septembre 2015

La soirée est tendue à l’extrême

Par Véronique Hotte

Une structure de panneaux transparents qui délimitent les espaces divers et clairs d’un appartement chic et bobo, installée sur une vaste tournette, tel est le décor somptueux, une manière de lent manège que propose Yves Bernard pour la pièce Démons (1981) de Lars Norén par Marcial Di Fonzo Bo, comédien, metteur en scène et directeur de la Comédie de Caen, Centre Dramatique National de Normandie....

Lire l'article sur hottello

Image de la critique de Culturepoing.com

jeudi 10 septembre 2015

Démons, la fable malade de Lars Norén,

Par Alban Orsini

Démons, la fable malade de Lars Norén, trouve une double forme originale sous la houlette du metteur en scène Marcial di Fonzo Bo. Tout à la fois téléfilm et pièce de théâtre, le texte du dramaturge suédois se déploie avec intelligence sur l’écran et la scène : même histoire, mêmes comédiens, révélant au passage une expérience singulière à expérimenter les yeux et les oreilles grands ouverts....

Lire l'article sur Culturepoing.com

Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)