Accueil de « Démangeaisons de l'oracle »

Démangeaisons de l'oracle

+ d'infos sur le texte de Florent Trochel
mise en scène Florent Trochel

:La Pièce

Un ancien chef d’entreprise aveugle nommé Oedipe Werner, une jeune fille qui dit s’appeler Venezia Mestre qui assiste ce dernier en raison de son infirmité, et un voleur démodé qui est le demi-frère de la jeune fille, croisent leurs destins dans une salle d’attente d’hôpital. Chacun d’eux est en quête d’un renouveau qui tarde à venir. Ces êtres qui pourraient être des hommes et des femmes d’aujourd’hui éprouvent, comme des héros vacants, l’imminence d’un chaos, prévisible mais indistinct, annoncé mais inéluctable.

Dans un dispositif qui mêle les espaces et les temps, Démangeaisons de l’oracle reconstruit par bribes des moments présents et passés de ces figures qui oscillent entre clairvoyance et aveuglement.

À travers la trajectoire de trois figures qui mêlent le passé et le présent, Démangeaisons de l’oracle recompose, par fragments, le pressentiment d’une mécanique inéluctable. Un quotidien qui promet peu se dessine, dans lequel des êtres aspirent malgré tout à d’autres hauteurs. Une histoire se noue, qui mêle le quotidien et l’épique, le banal et le singulier, l’archaïque et la technologie.
Ces trajectoires se lient au travers d’une forme qui se donne la liberté de mêler les registres et les codes, les atmosphères et les médias. Une forme qui est l’expression d’une réalité démultipliée, fragmentée, et trouble. C’est dans ce cadre que les technologies nouvelles apportent des possibilités différentes d’articulations, de ruptures et de déplacements entre « théâtre » et « cinéma ».

La projection de séquences filmées narratives, alterne avec des séquences jouées sur un plateau de théâtre, comme des arrière-plans, des contres champs, ou des flash-back. Le présent de la narration est principalement porté par la projection afin que le passé des personnages incarnés à l’écran paraisse ressurgir depuis le présent du plateau. Dans ce va-et-vient entre la scène et l’écran, Démangeaisons de l’oracle propose une traversée ou chaque espace de représentation devient la projection de l’autre, sa diffraction dans l’espace et dans le temps.

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je me connecte Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.