theatre-contemporain.net

Accueil de « Nous sommes repus mais pas repentis (Déjeuner chez Wittgenstein) »

Nous sommes repus mais pas repentis (Déjeuner chez Wittgenstein)

Séverine Chavrier (Conception)

On en parle dans la presse et sur le web

Le Monde.fr

Image de la critique de Le Monde.fr

vendredi 30 mars 2018

Séverine Chavrier et Thomas Bernhard cassent la baraque

Par Fabienne Darge

Ça craque, ça crisse, ça casse les oreilles et ça scie les nerfs que de marcher sur les pots cassés de l’histoire familiale, et de l’Histoire tout court. Tout l’excellent spectacle de Séverine Chavrier, inspiré par Déjeuner chez Wittgenstein, de Thomas Bernhard, est déjà là, dans ce début sur un plateau jonché de vaisselle brisée. Et tout son humour d’une noirceur sans appel est déjà dans son titre : Nous sommes repus mais pas repentis....

Lire l'article sur Le Monde.fr

Club de Mediapart

Image de la critique de Club de Mediapart

lundi 19 mars 2018

De bruit et de fureur. Le sublime chaos musical de Séverine Chavrier

Par Guillaume Lasserre

Poursuivant sa tournée Hexagonale, "Nous sommes repus mais pas repentis" plonge de façon magistrale le spectateur dans l'univers de Thomas Bernhard dont les obsessions filtrées par le regard singulier de Séverine Chavrier illustrent parfaitement le climat étouffant d'aliénation qui règne dans cette maison de famille bouleversée par le retour d'un frère. Un spectacle époustouflant....

Lire l'article sur Club de Mediapart

critiquetheatreclau

Image de la critique de critiquetheatreclau

lundi 12 mars 2018

L’amour d’une fratrie

Par arrazatclau

Un Grand espace apparaît sous nos yeux Sur l’avant-scène, au centre, un monticule de vaisselle brisée derrière laquelle siège la table du repas, côté jardin un piano à queue, côté cour une bibliothèque dégarnie, en prolongement un vaisselier vide,...

Lire l'article sur critiquetheatreclau

Club de Mediapart

Image de la critique de Club de Mediapart

lundi 12 mars 2018

Thomas Bernhard dans les parenthèses de Séverine Chavrier

Par Jean-Pierre Thibaudat

Créé l’an dernier, « Nous sommes repus mais pas repentis (Déjeuner chez Wittgenstein) » d’après Thomas Bernhard dans la mise en scène de Séverine Chavrier poursuit sa tournée. Pourquoi le titre de la pièce est-il mis entre parenthèses ? Le spectacle répond en vous prenant au collet. Troublant et passionnant....

Lire l'article sur Club de Mediapart

Club de Mediapart

Image de la critique de Club de Mediapart

dimanche 11 mars 2018

Phrase magnifique de fronton.

Par Claude Glayman

Le programme du T2G apporte une précision en signalant « d’après Thomas Bernhard." Ce dernier désigne un écrivain majeur de l’Autriche de la seconde moitié du 20° Siècle. Auteur de plusieurs romans, de théâtre, de prises de position politiques dans la presse européenne. Quand il déclare ne pas être repentis c’est quelque peu la nation autrichienne qu’il vise/....

Lire l'article sur Club de Mediapart

Mon Tétras-Lyre

Image de la critique de Mon Tétras-Lyre

vendredi 23 février 2018

On casse tout, même la vaisselle chez Wittgenstein

Par Bernard Thinat

En mai et juin 2016, Séverine Chavrier présentait aux Ateliers Berthier, deuxième salle du théâtre de l’Odéon, « Nous sommes repus, mais pas repentis », puis en parallèle, « les Palmiers sauvages »....

Lire l'article sur Mon Tétras-Lyre

Artistikrezo

Image de la critique de Artistikrezo

jeudi 08 février 2018

Nous sommes repus mais pas repentis, « crépuscule des idoles ».

Par Agathe Louis

Dans cette adaptation très personnelle de la pièce de Thomas Bernhard, Déjeuner chez Wittgenstein, Séverine Chavrier met en scène un féroce jeu de massacre en forme de « crépuscule des idoles »....

Lire l'article sur Artistikrezo

Télérama.fr

Image de la critique de Télérama.fr

jeudi 01 février 2018

“Nous sommes repus mais pas repentis” : un féroce et drôle rituel d’exorcisme

Par Fabienne Pascaud

Tout en maîtrise, Séverine Chavrier met en scène les fureurs et les mélancolies de l'Autrichien Thomas Bernhard, malgré quelques longueurs et excès dadaïstes....

Lire l'article sur Télérama.fr

PublikArt - Webzine Culturel

Image de la critique de PublikArt - Webzine Culturel

samedi 21 mai 2016

Thomas Bernhard sous le regard trop vampirique de Séverine Chavrier

Par Amaury Jacquet

L’œuvre de Thomas Bernhard brûle d’une rage dévastatrice et se débat à la fois contre et avec le poids d’une culture emprunte de traditions, de ruptures et de contradictions.

Lire l'article sur PublikArt - Webzine Culturel

Sceneweb

Image de la critique de Sceneweb

jeudi 19 mai 2016

Séverine Chavrier, une lecture très personnelle de Thomas Bernhard

Par Hadrien Volle

Dès le titre, Séverine Chavrier assume : « Nous sommes repus mais pas repentis » est d’après le « Déjeuner chez Wittgenstein » de Thomas Bernhard. Même si un certain esprit bernhardien habite le spectacle, celui-ci n’en demeure pas moins très éloigné de la construction originelle de la pièce, et c’est bien dommage....

Lire l'article sur Sceneweb

Masquer la bannière