Accueil de « De mes propres mains »

De mes propres mains

+ d'infos sur le texte de Pascal Rambert
mise en scène Pascal Rambert

On en parle dans la presse et sur le web

Atlantico.fr

Image de la critique de Atlantico.fr

mardi 26 février 2019

Le plus important est l’audace

Par Anne-Claude Ambroise

L’Art du théâtre : un homme d’âge moyen entre en scène muni d’une écuelle et accompagné d’un chien terre neuve, noir. Il entame un « dialogue » avec l’animal qui le suit pas à pas, soit assis, soit déambulant d’un bout à l’autre d’une scène vide. L’homme réfléchit à voix haute à ce qu’a été dans sa vie, l’art du théâtre, à ce que signifie cet étrange usage

Lire l'article sur Atlantico.fr

Le Monde.fr

Image de la critique de Le Monde.fr

lundi 25 février 2019

Arthur Nauzyciel incarne les mots de Pascal Rambert

Par Brigitte Salino

L’acteur interprète deux monologues de l’écrivain, « L’Art du théâtre » et « De mes propres mains », seul ou avec un chien, au Théâtre du Rond-Point....

Lire l'article sur Le Monde.fr

Un Fauteuil Pour l'Orchestre

Image de la critique de Un Fauteuil Pour l'Orchestre

dimanche 18 février 2018

L’Art du théâtre, suivi de De mes propres mains

Par Nicolas Thevenot

Pascal Rambert joint pour Arthur Nauziciel deux textes, deux monologues, bien éloignés dans leur écriture et dans leur tempérament. De mes propres mains a été créé en 2015, L’Art du théâtre en 2017 mais Pascal Rambert a écrit le premier en 1993 et le suivant en 2015....

Lire l'article sur Un Fauteuil Pour l'Orchestre

hottello

Image de la critique de hottello

dimanche 31 janvier 2016

Modernité radicale, intuitive et percutante

Par Véronique Hotte

Pascal Rambert – auteur et metteur en scène – écrit en 1992 De mes propres mains pour Éric Doye, arpentant le vide en marchant sur les toits de la Faculté de Dijon. Suit en 1993 une deuxième version pour un autre comédien, Charles Berling, dans un costume coloré et extravagant. Une troisième version voit encore le jour en 2007 pour l’actrice et performeuse américaine Kate Moran qui surgissait de l’ombre....

Lire l'article sur hottello

culturopoing.com

Image de la critique de culturopoing.com

dimanche 24 janvier 2016

Une solitude et la rage au milieu.

Par Alban Orsini

Un spectacle, un homme, des mains, une solitude et la rage au milieu. – De mes propres mains est l’histoire d’une chute, celle d’un homme perdu ......

Lire l'article sur culturopoing.com

Ma Culture

Image de la critique de Ma Culture

mardi 07 juillet 2015

Une déchirante vulnérabilité

Par Wilson Le Personnic

Quel beau cadeau de Pascal Rambert à Arthur Nauzyciel ! Et un cadeau aussi rare qu’exceptionnel puisque le metteur en scène l’offre tous les dix ans à un comédien. À l’origine écrit pour Eric Doye, De mes propres mains a ensuite été joué par le comédien Charles Berling et l’actrice et performeuse américaine Kate Moran en 2007. Autant de versions différentes qui, depuis sa première création en 1993, ont voyagé aussi bien en Europe qu’à New-York ou...

Lire l'article sur Ma Culture

Image de la critique de Toute la culture

mardi 23 juin 2015

Des corps et des mots,

Par Christophe Candoni

De mes propres mains, écrit en 1993 pour Eric Doye est recréé depuis à plusieurs reprises avec différents acteurs, hommes ou femme. Arthur Nauzyciel s’empare de cet étrange monologue et impose une interprétation à la fois ferme et fragile. Dans l’immobilisme de son corps comme dans sa bouche, les mots fusent, claquent, drus et secs. L’acteur habite les visions cauchemardesques d’une subjectivité hallucinée. Quelle sorte d’homme est ce locuteur...

Lire l'article sur Toute la culture

Image de la critique de Froggy's delight

dimanche 21 juin 2015

Ultime introspection

Par MM

In abstracto, écrit dans la forme monologale du flux de pensée, "De mes propres mains" de Pascal Rambert se développe en soliloques autodestructeurs et agressifs contre le monde. Ultime introspection ou réminiscences attributs de la mort imminente, ils évoquent une singulière hybridation entre la lucidité de...

Lire l'article sur Froggy's delight