Rechercher
 
Partager cette page » 
 
 
 
Avec : Eric Delor

Le discours sur la question raciale est prononcé le 18 mars 2008 à Philadelphie par Barack Obama. En moins de quarante minutes, le candidat est interrompu dix-sept fois par des applaudissements. Le lendemain, la presse du monde entier salue un discours à l'égal du J'ai fait un rêve de Martin Luther King. Ce discours A More Perfect Union allait renverser la vapeur pour celui qui était alors candidat démocrate, aujourd'hui 44e président des Etats-Unis. Sans en dénaturer le propos, José Pliya a abordé le discours comme une matière littéraire, avec tout ce qu'il comportait de références historiques, littéraires, bibliques, mythologiques. En choisissant le comédien Eric Delor, à l’étonnante ressemblance avec le président américain, le metteur en scène décide de créer «l'illusion Obama», sans toutefois le faire incarner. «Ce qu'on a voulu défendre, c'est la puissance littéraire, poétique, le message de vivre-ensemble, de paix, de réconciliation que porte le discours et dont on a tous besoin. Dès le départ, on a voulu éviter le parti pris. Le comédien a fait un travail énorme pour casser la ponctuation, déstructurer la syntaxe et trouver une forme de musicalité, à la limite de la neutralité, pour éviter les effets argumentatifs, de démonstration...» José Pliya

Production : La Caravelle DPI

Babylone Aidi (Création lumières) , José Pliya (Scénographie)
Avec la voix de Laure Adler (France Inter)
Isabelle Niveau (Chargée de diffusion), Daniel Legrand (Administration)