Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « Days of nothing »

Days of nothing

+ d'infos sur le texte de Fabrice Melquiot
mise en scène Matthieu Roy

:Présentation

Rémi Brossard, un auteur en résidence d’écriture dans un collège de banlieue parisienne, rencontre deux spécimens de l’établissement : Maximilien et Alix.

Ces adolescents vont bouleverser son projet d’écriture. Leurs échanges renvoient chacun d’entre eux à ses propres limites : difficulté à vivre dans le monde, à y trouver sa place, à faire acte. Dans la première partie de la pièce, nous découvrons comment Maximilien perturbe l’auteur dans son processus d’écriture avant de se donner la mort. Dans la seconde, Alix entraîne Rémi dans son délire, l’incitant à écrire le roman de sa prétendue histoire d’amour avec Maximilien.

Avec humour et cruauté, Fabrice Melquiot nous invite à réfléchir sur la portée de l’éducation artistique et culturelle.

Cet auteur majeur de la scène européenne ausculte les rouages d’un établissement scolaire au bord de la dérive. Il interroge l’adolescence, le suicide et la mythomanie sous le prisme de l’acte d’écriture.

Si dans la pièce la forme dialoguée est prépondérante, elle oscille avec des passages au discours indirect, qui nous révèlent les pensées intérieures de l’écrivain, Rémi Brossard.
Toute la dramaturgie s’organise autour de la figure de l’auteur. Nous suivrons le parcours de cet adulte qui puise dans la rencontre avec ces deux adolescents la source d’inspiration potentielle de son œuvre à venir.

Pour rendre compte du processus de l’acte d’écriture, nous développerons un système sonore qui placera le spectateur au cœur de cette œuvre en mouvement, suivant à la fois les pensées intérieures de l’auteur et les échanges musclés avec les jeunes.

Les acteurs évolueront dans un espace clos – dont les lignes rappelleront plus celles d’un ring de boxe que d’une salle de classe – à l’intérieur duquel les corps se frôlent, se touchent et se heurtent parfois. La captation d’images vidéo en temps réel, projetées sur une des faces de cet objet scénographique – techniquement autonome – témoignera de la rencontre entre l’auteur et l’adolescent.

La déflagration de sa brutale disparition laissera place au vide béant de la scène. Un vide, que la jeune fille tentera de combler par une affabulation purement théâtrale.

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je suis abonné(e) Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.