Accueil de « Crime et châtiment »

On en parle dans la presse et sur le web

Putsch

Image de la critique de Putsch

mardi 11 juin 2019

Machine Théâtre se paie la tête de Raskolnikov

Par Romain Rouge

Machine Théâtre se paie la tête de Raskolnikov au Printemps des Comédiens avec une adaptation psycho de Crime et châtiment de Fédor Dostoïevski (...) Noir et vivant, ce Crime et châtiment est une interprétation, belle et intemporelle, de l’âme torturée....

Lire l'article sur Putsch

La grande parade

Image de la critique de La grande parade

dimanche 09 juin 2019

Crime et Châtiment : tourments et défaillances de l'âme humaine

Par Julie Cadilhac

Thriller baignant dans les quartiers mal famés de Saint-Pétersbourg, le roman se tisse autour d’une question tout aussi fascinante que dérangeante : un meurtre est-il moralement tolérable s'il conduit à une amélioration de la condition humaine ? (...) Dans ce microcosme fantomatique qui court après les kopecks, Nicolas Oton et Ludivine Bluche dirigent une distribution de qualité qui évolue avec intelligence et justesse dans le drame ......

Lire l'article sur La grande parade

L'Humanité

Image de la critique de L'Humanité

lundi 08 octobre 2018

Le cauchemar vécu de Raskolnikov

Par Jean-Pierre Léonardini

En quinze ans, la Cie Machine Théâtre, sise à Montpellier, a créé dix-huit spectacles. Voilà "Crime et châtiment"(...) qu'on a vue à l’Archipel, scène nationale de Perpignan dirigée par Borja Sitja, dans la petite salle du magnifique établissement en six bâtiments conçu par l’architecte Jean Nouvel. Il était bon de quitter Paris pour s’attacher à un travail d’une telle envergure qui creuse loin dans le cerveau prophétique de Dostoïevski...

Lire l'article sur L'Humanité

Théâtre au Vent

Image de la critique de Théâtre au Vent

samedi 06 octobre 2018

La descente aux enfers d’un jeune homme

Par Evelyne Trân

La scène est obscure, juste un grand pont la traverse qui suggère l’ailleurs, les autres, la rue , la ville Saint Pétersbourg qui fulmine noyée dans la chaleur et la poisse. En contrebas, éclairé par un projecteur, il y a le lit de Raskolnikov, son drap blanc froissé, une tache de lumière avec ses relents de sueur, de fièvre, d’insomnies.

Lire l'article sur Théâtre au Vent

Revue Frictions

Image de la critique de Revue Frictions

samedi 06 octobre 2018

Au coeur des ténèbres

Par Jean-Pierre Han

Machine Théâtre nous offre là un très convaincant "Crime et châtiment" dans une adaptation très fidèle. C'est le metteur en scène Nicolas Oton qui est à la manœuvre cette fois-ci. Belle scénographie, interprétation excellente de tous les partenaires de plateau. Tout cela est mené avec intelligence et cohérence – un vrai travail de compagnie (elle a maintenant 15 ans d'existence ) qui rend admirablement compte du roman de Dostoïevski....

Lire l'article sur Revue Frictions

Club de Mediapart

Image de la critique de Club de Mediapart

jeudi 04 octobre 2018

Dans la tête hallucinée de Raskolnikov

Par Jean-Pierre Thibaudat

Dans une mise en scène nocturne de Nicolas Oton, le Machine Théâtre vient de créer, à la scène nationale de Perpignan, une adaptation intense du roman de Dostoïevski « Crime et Châtiment ». Un spectacle constamment envoûtant....

Lire l'article sur Club de Mediapart

L'Art-vues

Image de la critique de L'Art-vues

jeudi 04 octobre 2018

L'Art-Vues a vu, "Crime et Châtiment"

Par Marie-Christine Haran

Dans la pénombre, on devine une sorte de viaduc, comme on en voit dans les grandes métropoles, servant d'abri pour les sdf, bien crasseux, bien lépreux. Une scénographie signée Gérard Espinosa qui se révèle particulièrement ingénieuse. La lumière se fait sur le visage d’un de ces êtres faméliques errant sous les arcades et, bien vite sur Raskolnikov, le héros de ce roman sur la misère, le roman d'une descente aux enfers......

Lire l'article sur L'Art-vues

la terrasse.fr

Image de la critique de la terrasse.fr

mercredi 26 septembre 2018

"Crime et châtiment", entre espace mental et espace réel

Par Manuel Piolat Soleymat

Pour son vingtième spectacle, la compagnie montpelliéraine Machine Théâtre adapte à la scène Crime et châtiment de Fiodor Dostoïevski. Sous la direction du metteur en scène Nicolas Oton, une troupe de treize comédiennes et comédiens nous invite à faire l’expérience de « la chair crue du monde livrée dans ses tourments et ses indignités »....

Lire l'article sur la terrasse.fr